Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 81.djvu/713

Cette page n’a pas encore été corrigée



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




31 mai.

Ce n’est rien, ce n’est qu’une crise de plus, une suite de la représentation que nous donnent les partis maîtres de la scène publique. A dire vrai, il n’y a pas eu de surprise, cela n’avait rien d’imprévu. C’était écrit au livre des destinées ministérielles ; c’était prédit et attendu depuis le jour même où s’était formé le cabinet auquel M. Goblet avait donné son nom sans lui donner une politique et une originalité bien saisissables. Il était venu au monde par accident, faute de mieux, à la fin de décembre ; il a disparu par un autre accident, faute de pouvoir aller plus loin, le 17 mai, entre trois et sept heures de relevée, après avoir passé cinq mois à épuiser les expédiens, à vivre au jour le jour, à chercher un répit dans les circonstances, dans les incertitudes de l’opinion.

Le malheur de ce ministère, qui vient d’être emporté ou exécuté, comme on voudra, a été de ne rien représenter, de n’être réellement pas fait pour durer : il était fait pour les intérims ! Ce n’était qu’un cabinet de passage ou de rechange, avec ses faiblesses, ses versatilités, ses inexpériences, ses divisions, et un président du conseil visiblement peu préparé à manier ces élémens incohérens, à imprimer une direction, à renouveler une situation. Le président improvisé de ce cabinet, assez mal rajusté dans un moment de hâte, le sentait peut-être ou il avait l’air de le sentir, sans avoir la force de se fixer, de prendre une résolution que ses collègues d’ailleurs ne lui auraient peut-être pas permise. S’il semblait parfois avoir un vague instinct des nécessités conservatrices, il sentait aussitôt le coup d’aiguillon de M. Clemenceau ou de tout autre cher radical qui le rappelait à l’ordre ; s’il se résignait à subir le joug du parti, à céder aux radicaux, il ne tardait pas à comprendre qu’on allait l’entraîner à des actes qui rendraient tout gouvernement impossible, et il s’arrêtait un instant. Il a joué ce rôle sans souplesse, avec une certaine