Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 81.djvu/653

Cette page n’a pas encore été corrigée


dit plus haut, la plupart de nos élèves ne sont encore, à vingt-quatre ans, qu’à la période des examens, ils ne sont pas encore docteurs. Les meilleurs d’entre eux, nos internes des hôpitaux de Paris, ne sont même docteurs que beaucoup plus tard, puisqu’ils n’arrivent à l’internat, au plus tôt, qu’à leur quatrième année d’études, et que pendant leur internat, qui dure quatre ans, ils n’ont pas le droit, sous peine d’être déclarés démissionnaires, de se faire recevoir docteurs. Limiter le maximum de sursis à quatre ans, c’est, d’une part, détruire l’internat de nos hôpitaux, cette pépinière de l’élue des médecins français ; c’est, d’autre part, engager les autres élèves à faire hâtivement leurs études, c’est-à-dire à les faire incomplètes, afin d’être docteurs en temps utile pour profiter du quatrième sursis.

Ce n’est pas jusqu’à vingt-quatre ans, c’est jusqu’à vingt-six ans révolus, au moins, qu’il faut prolonger le sursis. C’est ce qui a été fait en Allemagne, et si, dans cette étude, je citerai souvent la loi allemande, c’est que cette loi, excellente dans ses effets, est le résultat d’une longue et sérieuse expérience.

L’article 152 de l’ordonnance du 9 décembre 1858 (Die Militär-Ersatz-Instruction für die Preussischen Staaten) fixait au 1er octobre de l’année dans laquelle ils accomplissaient leur vingt-troisième année le sursis accordé aux médecins volontaires d’un an ; mais il autorisait l’autorité supérieure de la province (oberen Provinzial-Behörden) à prolonger ce sursis jusqu’à l’âge de vingt-sept ans accomplis. Au-delà, il fallait une autorisation ministérielle. Cette faculté de prolonger le sursis fut retirée par l’article 5 du Verordnung über die Organisation des Sanitäts-Corps du 6 février 1873, ainsi conçu : « Les élèves médecins qui font leurs études dans les universités peuvent satisfaire au service militaire, soit en servant exclusivement dans le rang (mit der Waffe) dans un corps de troupe de leur choix ; soit en servant six mois dans le rang, puis, après avoir obtenu le diplôme professionnel, en servant les six autres mois comme médecins [1]. » « Le service de six mois dans le rang peut être fait par eux dans chacun des semestres de leur scolarité. Ceux qui s’engagent à faire les six autres mois en qualité de médecins, après qu’ils

  1. En Allemagne, le titre de docteur en médecine que confèrent les universités, après des examens analogues aux nôtres, est un titre universitaire qui ne donne pas le droit d’exercer la médecine. Pour exercer la profession médicale, il faut passer devant des jurys spéciaux, dont les membres sont désignés par le ministre de l’instruction publique, des cultes et des affaires médicales, un examen spécial, constitué par des épreuves sérieuses, dit examen d’état (Staata-Prüfung). Ce n’est que par cet examen qu’on acquiert le titre professionnel de médecin praticien (Arst).