Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 74.djvu/631

Cette page n’a pas encore été corrigée


Il y a un peu plus de six ans que paraissait aux États-Unis un livre qui n’a pas tardé à avoir un grand retentissement, soit en Amérique, soit en Angleterre. C’est ce livre, dû à la plume d’un audacieux réformateur socialiste dont le nom n’est plus aujourd’hui absolument inconnu en France, qui fera, considéré en lui-même et dans le mouvement d’opinion qu’il a provoqué, l’objet de cette étude.

L’ouvrage dont nous parlons doit, sans aucun doute, une partie de sa fortune aux remarquables qualités d’écrivain de son auteur ; mais si le bruit qu’il a fait a pris les proportions d’un événement, s’il s’est imposé à l’examen, s’il a été discuté largement dans la presse et dans des réunions publiques, c’est pour un autre motif encore. Il abordait certaines questions qui, au moment de sa publication, s’agitaient avec violence. Il s’appliquait à résoudre des problèmes qui se posaient dans tous les esprits. Il se mêlait aux luttes de la politique, auxquelles il apportait un aliment nouveau. Il présentait à un haut degré l’attrait, toujours si vif et si séduisant, de l’actualité. Nous voyons, en effet, se refléter à toutes les pages de ce livre des préoccupations qui étaient intenses lorsqu’il fit son apparition, et qui le sont encore, à l’heure où nous sommes, sur la plus grande partie du vaste territoire où la langue anglaise est parlée.