Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 73.djvu/947

Cette page n’a pas encore été corrigée


soucie pas de rencontrer ce locataire compromettant et lui fait donner congé. Dans l’appartement de l’exilé, Savourette trouve la photographie de sa femme ; il va chercher jusqu’à Montauban une explication satisfaisante, et comme Brichanteau, par vengeance et malice, la lui refuse : « Monsieur, s’écrie-t-il, sachez que j’ai été deux fois sur le point de me battre et que je suis prêt à recommencer ! » La querelle apaisée, Brichanteau raconte au bonhomme, qui brigue la croix, lui aussi, qu’il avait reçu cette photographie des mains du premier mari pour la montrer au ministre : « Est-ce l’usage ? » réplique Savourette. Enfin, comme les cartes se brouillent de nouveau, il fait cette déclaration : « Monsieur, j’ai toujours pensé qu’un propriétaire doit se faire respecter de ses inférieurs,.. je veux dire de ses locataires. »

M. Thiron, par la largeur et la précision de son jeu, fait de Savourette une figure magnifiquement ridicule et nettement vraisemblable : on croirait voir, ressuscité soudain, l’original d’un dessin de Daumier. Ah ! l’excellent comédien, tout à son rôle et qui le met en relief sans s’avancer hors du plan que lui a marqué l’auteur ! M. Coquelin cadet, matois et faraud, a beaucoup plu sous la livrée d’un valet, — peut-être plus parisien que son maître, — qui fait profession d’aimer la province « parce qu’il s’y sent supérieur » et de ne vouloir a servir que ses égaux, c’est-à-dire de vrais hommes du monde. » Mlle Reichemberg, qui joue l’orpheline, est simplement parfaite. M. Coquelin aîné l’est aussi dans la majeure partie de son rôle, qui est le principal : en quelques passages, il s’évertue à être un peu plus. Oserai-je lui dire qu’il doit se défier du plaisir qu’il prend, avec l’approbation de la plupart des auditeurs, à choisir parfois un morceau de bravoure, à le détacher du reste en y faisant chatoyer toutes les nuances de sa voix et briller la virtuosité de sa diction, à le pousser jusqu’à certaines notes éclatantes et à le terminer par une certaine cadence ? Il paraît avoir écrit cette musique, ou plutôt cet exercice musical, pour y montrer en même temps, comme dans un monologue mélodieux, tous ses avantages : il le place presque indifféremment, depuis quelques années, sous telle tirade de Figaro, sous tel couplet du duc de Septmonts, sous le panégyrique de Paris par « un Parisien. » Ai-je besoin de lui démontrer que ce procédé nuit à l’ensemble du rôle et de l’ouvrage, qu’il en détruit l’économie, qu’il en arrête la marche, qu’il est lyrique, si l’on veut, mais point dramatique ? Il suffira sans doute d’avoir averti de cet abus sa conscience de comédien.

C’est une bien autre querelle, plus grave et où je souhaite passionnément de l’emporter, que je veux faire à M. Meilhac. Il a risqué aux Variétés une comédie-vaudeville en trois actes, les Demoiselles Clochart. La donnée en est toute neuve au théâtre : un homme, aux appétits duquel une existence ordinaire d’homme ne suffit pas, s’est incarné en