Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 73.djvu/926

Cette page n’a pas encore été corrigée


Des malheurs de l’année, un seul a planté sa tente, c’est le phylloxéra en Algérie. Sa marche sera lente, comme jadis elle le fut en Amérique, mais le coup est porté, arrêtant l’unique essor commercial et agricole que nos autres malheurs avaient respecté.

Voici les faits nouveaux à étudier en 1885 ; mais, avant de passer en revue les sujets déjà étudiés en 1883 [1], mettons en présence le statu quo des traitemens chimiques et la vive extension des plantations américaines dans l’Hérault, année par année, de 1883 à 1885 :


Années Vignes traitées par le sulfure de carbone Vignes américaines
1883 3.490 17.825
1884 2.340 29.689
1885 [2] 3.000 41.000

C’est dans ces documens officiels que la vérité éclate.

L’expérience des quatre années écoulées depuis notre première étude groupe les faits de la viticulture américaine en trois catégories, à savoir : 1° certitudes absolues ; 2° quasi-certitudes auxquelles il ne manque que la sanction des années pour devenir certitudes ; 3° probabilités appuyées sur la logique et sur un commencement d’expérience.

Parmi les certitudes, plaçons en première ligne la durée, la fertilité et l’immunité contre le mildew de l’herbemont. Tout ce que les Américains disent de ce cépage est absolument vrai, lorsque, suivant aveuglément leurs conseils, on le plante en pays chaud et dans des terres sèches, caillouteuses et profondes. La réussite, la durée et la fertilité des greffes américaines affranchies [3] sur porte-greffes américains ou français sont également avérées. C’est le port de salut de tous ceux qui auront fait fausse route ; car toutes les erreurs dues à la routine des vignerons, tous les malheurs causés par l’inconnu dans l’adaptation y trouveront un remède sûr, rapide et relativement peu coûteux. Cette greffe affranchie n’est pas chose nouvelle en France ; elle était déjà pratiquée il y a quarante ans, dans le Bordelais et dans les Charentes, pour substituer un cépage à un autre sans changer l’âge de la souche. Lors de l’invasion de l’oïdium, on y eut également recours en Provence et ailleurs pour remplacer

  1. Voyez la Revue du 1er avril, du 1er mai, du 15 Juin 1881 et du 1er juin 1883 et Grande Culture de la vigne américaine, 3e édition. Nîmes ; Dubois.
  2. Cette année n’est pas complète, il manque six communes ; les chiffres sont donc approximatifs, non positifs.
  3. Produits directs.