Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 71.djvu/681

Cette page a été validée par deux contributeurs.


POÈMES MAGYARS


D’APRÈS PETŒFI


______


I.
QUI ME COMPREND ?



Qui me comprend ? On les croit fous,
Mes vers faits de lumière et d’ombre.
J’aime et l’on m’aime, et c’est bien doux ;
Je suis Magyar, et c’est bien sombre.

De tendres pleurs mouillent mes yeux
Au souvenir de ma chérie ;
Et j’ai des sanglots furieux
Pour les malheurs de la patrie.

Sur mon sein, ma mie aux yeux clairs
Met un bouquet de fleurs divines ;
Et l’amour du pays aux fers
Me couronne le front d’épines.