Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/408

Cette page n’a pas encore été corrigée


bien connu, en se fondant sur cette observation de Humboldt que l’or se trouve presque toujours dans des montagnes alignées sur des méridiens, telles que l’Oural ou les Andes, émit aussi les mêmes idées que Strzélecki et Murchison. En 1847, il annonça dans un journal qu’on trouverait l’or à Bathurst, dans les montagnes gisant à 70 lieues à l’ouest. Un berger écossais découvrit une pépite, la vendit à un orfèvre, mais refusa de faire connaître l’endroit. Enfin, en 1851, le 9 mai, un Australien, Hargraves, qui était revenu des placers de Californie, trouva l’or près de Bathurst et en révéla le gisement. On appela ce lieu Ophir. Tous les chercheurs accoururent et les découvertes s’étendirent. La colonie de Victoria devint bientôt une région plus productive que la Nouvelle-Galles du Sud, et les noms des champs d’or de Ballarat et de Bendigo traversèrent les mers. Le monde entier accourut, la Californie faillit un moment être dépeuplée pour l’Australie. L’or amena en très grand nombre tons les émigrans, des Chinois, des mineurs du Cornouailles. Les Californiens désertaient en masse leurs placers de Sacramento pour ceux de Bathurst, de Bendigo, de Ballarat, aux flancs des Montagnes-Bleues.

L’Australie, dans la production de l’or, marche de pair avec la Californie et la Sibérie, et ces trois pays produisent encore aujourd’hui chacun 100 à 125 millions de francs. C’est Victoria qui est la plus riche de toutes les colonies aurifères d’Australie. Elle extrait plus de la moitié de la quantité totale, 80 millions de francs, la Nouvelle-Zélande et Queensland chacune 25 millions, la Nouvelle-Galles du Sud 15 millions, la Tasmanie 5 millions.

Dans l’exploitation de l’étain, l’Australie marche de pair avec les pays les plus producteurs. La Nouvelle-Galles du Sud, la Tasmanie et Queensland font ensemble 12,000 tonnes, autant que les Détroits et les colonies néerlandaises, Banca, Malacca. La Nouvelle-Galles du Sud fournit 6,000 tonnes, 8,000 en 1882 ; la Tasmanie, 4,000 ; Queensland, 2,000. On calcule que la production australienne en étain est près de la moitié de la production totale du globe.

Pour le cuivre, dont la quantité est aussi de 12,000 tonnes, c’est l’Australie du Sud qui vient la première avec 6,000 tonnés, puis la Nouvelle-Galles du Sud avec 5,000 et Queensland avec 1,000.

Quant à la houille, la production en est croissante et dépasse 2,500,000 tonnes, dont 2 millions pour la Nouvelle-Galles du Sud, où est le port de Newcastle, nom d’heureux augure, et le reste pour Queensland, la Nouvelle-Zélande, la Tasmanie. Les bateaux à vapeur qui fréquentent l’Océan-Indien et l’Océan-Pacifique et vont en Australie, usent largement de ce combustible.

Sur quelques lies, sur les côtes de l’Australie de l’Ouest, on