Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/792

Cette page n’a pas encore été corrigée


789 REVUE DES DEUX MONDES. notre époque, mais elle contient en elle-même le germe de la paix à venir. Le capital, en effet, souverain de notre siècle, a rendu la propriété infiniment plus mobile, plus divisible et plus circulante qu’elle ne l’était sous la forme immobilière. Le résultat du capital sera donc de répartir de plus en plus la propriété entre tous, d’en permettre à la fois, pour ainsi dire, la division entre les personnes et la réunion en associations : c’est un instrument d’analyse et de synthèse tout ensemble. Sans doute il a produit d’abord des accu- mulations d’argent analogues aux grandes propriétés territoriales; mais ces accumulations ne sont elles-mêmes que des associations de capitalistes, auxquelles pourront de plus en plus répondre les associations des travailleurs. De là deux camps en apparence irré- conciliables, mais cependant composés d’hommes qui ne peuvent rien les uns sans les autres. Aussi arrivera-t-il un jour où les tra- vailleurs eux-mêmes participeront de plus en plus au capital pro- portionnellement à leur travail. La solution idéale de l’antinomie économique serait la répartition la plus grande possible de la pro- priété et du capital parmi les travailleurs eux-mêmes. La propriété universalisée est le corollaire du suffrage universel , car l’être qui possède assez pour se suffire se possède seul lui-même et, en moyenne, est seul vraiment maître de son vote. Le pouvoir social que la propriété confère est semblable au faisceau du licteur : il est redoutable tant qu’il reste en une seule main, et, divisé entre tous, il donnerait une arme à tous. C’est là sans doute un idéal dont la complète réalisation est impossible, mais on peut s’en rapprocher progressivement. Pour nous, nous croyons que l’avenir est à la circulation rapide de tous les capitaux et à la facilité de tous les échanges, comme il est aux chemins de fer et aux télégraphes. Un privilège mobilisé et circulant sans cesse n’est plus vraiment un privilège, et le capital finira par communiquer sa mobilité à la terre même, qui cessera ainsi d’être un monopole (1). (1) L’aci Torrens, promulgué en 1858, dans l’Australie méridionale, est un grand progrès en ce sens : l’administration de l’enregistrement délivre aux propriétaires qui en font la demande un titre de propriété qui peut se transmettre d’un individu à l’autre par simple endossement : l’enregistrement remplace ainsi le notaire et se fait au prix du service rendu, non à titre d’impôt. Chez nous, au contraire, les droits de mutation sont énormes et l’état entrave la circulation de la propriété, qu’il devrait au contraire assurer. La transmission d’un immeuble entre vifa coûte 6 fr. 88 pour 100 de droits d’enregistrement, et 3 pour 100 d’acte chez le notaire; soit 10 pour 100. La propriété rurale, déduction faite des prix de la culture, ne rapporte en moyenne, d’après les statistiques du ministère des finances, que 2 fr. 89 pour 100. Conséquence: chaque mutation grève la propriété, en moyenne, d’une charge supérieure au revenu de trois années. La terre qui changerait de mains tous les trois ans et demi rappor- terait zéro et deviendrait, pour ses possesseurs successifs, l’équivalent d’un jardin fruitier planté d’arbres morts. Il en résulte encoi-e que les capitaux de circulation facile accaparent les gros bénéfices et la puissance aux dépens do cette terre qui