Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/284

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LA



CHINE ET LES CHINOIS



________



I.
LA FAMILLE. — RELIGION ET PHILOSOPHIE. — LE MARIAGE. — LE DIVORCE. — LA FEMME.



________


Je n’ai pas besoin de dire quelles ont dû être mes stupéfactions au fur et à mesure que je m’introduisais plus avant dans les mœurs de l’Occident. Non-seulement les questions qui m’ont été posées révélaient la plus étrange ignorance, mais les livres mêmes qui avaient la prétention de revenir de Chine racontaient les choses les plus extravagantes.

Si l’on se contentait de dire que nous sommes des mangeurs de, chiens et que nous servons à nos hôtes des œufs de serpent et des rôtis de lézard, passe encore ! Je ne verrais pas non plus un grand inconvénient à ce qu’on prétendît que nous ; sommes des polygames, — il y en a tant d’autres, — et que nous donnons nos enfans, — nos chers petits enfans ! — en nourriture à des animaux… dont le nom m’échappe en français : il y a des excentricités d’une telle nature qu’il est inutile de s’en alarmer ; il suffit de rétablir la vérité.

En toutes choses il y a le vraisemblable et l’invraisemblable ; et, il faut savoir distinguer entre les enfantillages et les choses sérieuses, entre l’erreur et le parti-pris. Je n’ai pas tardé à reconnaître que