Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/269

Cette page n’a pas encore été corrigée


tient, en effet, de beaucoup de choses et rappelle nombre de talens célèbres du temps de la jeunesse de Heine. Le souvenir très direct des Brigands de Schiller se trahit dans l’idée fondamentale et dans l’immorale morale qui en découle ; c’est une des innombrables expressions de cette apothéose du révolté contre les lois sociales qui a sévi sur la littérature européenne pendant si longtemps et dont les poèmes de Byron étaient alors les plus éclatans modèles. Le lieu de la scène et la couleur des superstitions révèlent l’influence régnante de Walter Scott. La nature des sentimens choisis est en très étroite affinité avec les sympathies occultes et les pressentimens mystérieux dont Hoffmann a su tirer de si puissans effets. Par la forme dramatique enfin cela ressemble d’une manière très sensible au Vingt-quatre Février de Werner. Ainsi que cette dernière œuvre, William Ratcliff n’est qu’un long cinquième acte qui résume et condense une tragédie antérieure, dont les lentes péripéties sont rendues visibles en une seule minute sous la lumière en quelque sorte synthétique d’un dernier éclair. Comme dans le Vingt-quatre Février aussi, une fatalité héréditaire est la loi des caractères monstrueux de la pièce et le moteur implacable de l’horrible action, Cela n’émeut pas le cœur et n’intéresse en rien l’esprit, mais tient l’imagination comme paralysée sous la pression d’une atmosphère d’orage. Parmi les sentimens qu’appelait son sujet et qui ne sont tous que des formes diverses de la terreur, il en est un, celui de l’inquiétude, qu’il a remarquablement réussi à tenir éveillé pendant tout le cours de la pièce par le personnage de la vieille Marguerite. Chaque fois qu’elle apparaît, c’est pour chanter le refrain d’une ballade écossaise qu’une traduction de Herder avait, paraît-il, rendue célèbre en Allemagne : « Pourquoi ton épée est-elle rouge de sang, Edouard, Edouard ? — J’ai tué ma fiancée, ma fiancée si belle ! » et on ressent un frisson de froid en écoutant ce refrain lugubre qui résonne comme une prophétie de malheur et la dénonciation discrètement enveloppée d’un crime dont l’expiation approche. Le rôle de la vieille Marguerite, c’est en petit et en mélodramatique le rôle de Cassandre gémissant ses prévisions de meurtre dans le palais d’Agamemnon, celui de Tirésias, qui, pressé de questions, ne répond devant Œdipe que par d’alarmantes obscurités. Certes, l’effet produit est loin de la puissance et de la grandeur de celui de ces scènes antiques, mais il est créé par le même sentiment de l’inquiétude et obtenu par le même moyen de réticence calculée. Et ne croyez pas que notre poète n’y ait pas songé. Heine, qui était plein de la plus belle érudition poétique, excelle à ces transformations des plus vieux motifs littéraires et les recrée si bien qu’il est impossible de les reconnaître autrement que par le hasard d’une clairvoyance momentanée. Ce serait un curieux travail que celui de