Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/244

Cette page n’a pas encore été corrigée


MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE.

Le 15 courant, le 3 pour 100 français valait 77 francs, l’amortissable 78, le 4 1/2 108.15. Après diverses péripéties, la fin du mois laisse les deux premiers fonds en hausse de 0 fr. 75 et le dernier de 0 fr. 25 seulement. Ce mouvement des capitaux et de la spéculation vers les rentes 3 pour 100 a été tout d’un coup déterminé par l’annonce des projets financiers du chancelier de l’échiquier en Angleterre. Ce dernier a déclaré, en effet, a la chambre des communes, vers la fin de la semaine dernière, que le moment lui paraissait venu de procéder à la conversion des rentes 3 pour 100 consolidées en un nouveau fonds rapportant 2 1/2 pour 100, et que l’état très satisfaisant du marché monétaire offrait une occasion favorable pour l’exécution de cette mesure.

Un autre fonds d’état n’a pas moins profité que notre rente 3 pour 100 de l’annonce des projets du ministre des finances d’Angleterre t le 5 pour 100 italien s’était maintenu sans variations sensibles entre 94.50 et 94.30 depuis le commencement de la quinzaine. En trois jours, le cours de 95 a été atteint et largement dépassé. Le spéculation visait depuis longtemps la poussée de ce titre jusqu’au pair. Elle a paru convaincue que la conversion anglaise l’aiderait puissamment à obtenir ce résultat.

C’est aussi le rapprochement des gouvernement de Saint-Pétersbourg et de Berlin qui a donné aux marchés financiers l’impulsion à laquelle on les voit obéir aujourd’hui, Ce rapprochement a été accepté dans toute l’Europe comme une garantie absolue du maintien de la paix ; sur les places de Berlin et de Vienne, il a donné le signal du réveil des affaires. La maison Rothschild et le Crédit mobilier autrichien ont repris l’opération de conversion du 6 pour 100 hongrois, que les circonstances avaient dû interrompre pendant toute l’année dernière. Le Crédit foncier d’Autriche a mené à bon terme la conversion des obligations de plusieurs compagnies de chemins de fer, La Banque ottomane, la maison Bleichrœder, et le Mobilier d’Autriche ont introduit avec un plein succès, sur les marchés de Vienne, de Berlin et de Paris, les actions de la Régie des tabacs en Turquie. Enfin, un grand emprunt russe de 15 millions de livres sterling, ou 375 millions de francs, a été émis hier à Berlin, Amsterdam et Saint-Pétersbourg, sous le patronage d’un établissement financier allemand placé sous le