Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 40.djvu/410

Cette page n’a pas encore été corrigée


commence à paraître dans l’un de ses discours (t. VII, Discours). On trouve aussi çà et là dans la Bouche de fer des traces informes de panthéisme [1]. Cependant, le vrai représentant du socialisme panthéistique et cosmopolite est le célèbre Anacharsis Clootz, « l’apôtre du genre humain. » Clootz se rattache à la Bouche de fer, avec laquelle il eut quelques communications. Les deux traits principaux des doctrines d’Anacharsis Clootz sont : le panthéisme et le cosmopolitisme [2]. C’est un panthéisme humanitaire, semblable à celui dont on a vu tant d’exemples dans notre siècle : « Ma secte, disait-il, n’est autre chose que le genre humain… Le peuple est le souverain du monde. Il est Dieu. » Quant à l’univers, il est parfait et éternel : « Nous ne mourrons jamais ; nous transmigrerons toujours… Cette doctrine est un peu plus gaie que celle du père Satan. » Au fond, ce panthéisme n’est qu’athéisme : « En ajoutant un incompréhensible theos à un incompréhensible cosmos, vous doublez la difficulté. » Le vrai fond de la théorie de Clootz, c’est le cosmopolitisme révolutionnaire : il est le fondateur de l’internationalisme moderne, le grand précurseur de la commune. Paris devait être, selon lui, l’instrument de la révolution universelle : « Le point d’appui qu’Archimède cherchait pour enlever la terre, vous, mes frères, vous le trouverez en France pour renverser les trônes. Paris est une assemblée nationale par la force des choses. C’est le Vatican de la raison. » On voit que la doctrine de Clootz, très vague d’ailleurs au sujet de la propriété, appartiendrait plutôt déjà au socialisme démagogique et anarchique ; mais elle se rattache à la franc-maçonnerie et à l’illuminisme allemand par le sentiment humanitaire, et elle nous montre la transformation du socialisme demi-chrétien de l’abbé Fauchet en socialisme panthéiste et athée.


II

Nous désignerons sous le nom assez vague de socialisme anarchique un ensemble confus d’attaques plus ou moins violentes,

  1. Voici, par exemple, des vers détestables, mais curieux pour le sens :
    L’Esprit divinisé se conçoit, s’éternise,
    Remonte vers les cieux, par les cieux aimanté,
    L’homme est Dieu ; Connais-toi ! Dieu, c’est la vérité !
    ( Bouche de fer, n° 14. )
  2. Les principaux ouvrages de Clootz, devenus très rares et que M. Louis Blanc a trouvés au British Muséum (Bibliothèque historique de la révolution, 775) sont : Bases constitutionnelles de la république du genre humain ; — la République universelle. Appel au genre humain.