Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 39.djvu/476

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 mai 1880.

Lorsqu’il y a quelques jours, un sentiment sincère et courageux poussait un jeune député républicain à provoquer des explications en plein parlement sur les décrets du 29 mars, un doute s’était élevé aussitôt. Ce débat, engagé sous la forme d’une interpellation, pouvait-il avoir un résultat et une sanction? N’aurait-il pas plus d’inconvéniens que d’avantages? S’il prenait un caractère politique, la question était tranchée d’avance par le seul fait de l’existence d’une majorité résolue à couvrir de son vote un acte accompli pour lui plaire, à poursuivre jusqu’au bout une manifestation qu’elle avait presque imposée. Si le débat restait simplement juridique, il ouvrait une voie périlleuse où la chambre pouvait être entraînée à usurper, à confondre tous les pouvoirs, en s’arrogeant le droit d’interpréter les lois, en faisant œuvre de magistrature.

Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’une discussion était peut-être désormais difficile à éluder, et dès que la discussion ne pouvait être évitée, le jeune député qui s’est chargé d’interpeller le gouvernement au nom des intérêts de la république comme au nom des croyances religieuses, M. Lamy, a certainement réussi à pallier quelques-uns des inconvéniens les plus graves d’un tel débat. M. Lamy a parlé en jurisconsulte libéral, pénétrante! habile, montrant ce qu’il y a de suranné, d’incohérent et d’inapplicable dans toutes ces lois vainement invoquées, dangereusement empruntées à tous les régimes du passé. Il a serré la question de sa nerveuse et souple éloquence, et la seule conclusion qu’il ait voulu donner à son discours, c’est que le mieux serait aujourd’hui de s’occuper d’une loi nouvelle sur les associations au lieu de recourir à des lois douteuses. Que pouvait objecter le gouvernement au vif et lumineux exposé de M. Lamy? M. le garde des sceaux a répondu par des subtilités peu sérieuses sur la différence entre les congrégations et les associations, par l’affirmation de tout ce qui est justement contesté, par des appels aux plus vieux préjugés révolutionnaires, par l’évocation assez étrange de l’année 1792 et de Danton, qui est peut-être ici une singulière autorité. Il n’a pas pris garde que, parmi ces «lois existantes»