Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/576

Cette page n’a pas encore été corrigée


hystérique, et la description que nous en donne Le Loyer est assez bien faite pour établir l’identité de la possession d’autrefois et de l’hystéro-épilepsie d’aujourd’hui.

« La femme possédée étoit de la ville de Milan, de noble famille et de gens de bien. De longue main, le diable s’étoit emparé d’elle, et l’avoit tellement rendue défigurée, qu’elle sembloit plutôt un monstre qu’une femme. Sa face étoit tout effarée et crasseuse, son regard bigle et horrible, sa langue sortoit de la bouche fort longue, accompagnée parfois d’un grincement de dents, son haleine étoit puante, et le mal l’avoit rendue privée de l’usage de l’ouïe, de la vue et de la langue. C’étoit le propre habitacle du diable. Elle fut menée en l’église de Saint-Ambroise, devant saint Bernard qui y estoit. Le peuple avoit gardé espérance que la femme seroit secourue du saint homme. La foule étoit grande du peuple qui accouroit de toutes parts, et saint Bernard, d’entrée, enjoignit à un chacun de se mettre en prières et oraisons. Quant à lui, il demeura près de l’autel avec les prêtres et quelques siens religieux, et demanda que la femme lui fût présentée par ses gardes. Ce fut la difficulté de la lui présenter, car le diable qui étoit en elle y résistoit à son possible, ruant des pieds contre ses gardes, reculant en arrière, et à belles dents et coups de coude, se voulant défaire d’eux. Enfin, à quelque peine, elle est menée ou plutôt tramée à l’autel, où étoit saint Bernard, auquel de première abordée elle donna un coup de pied. Mais saint Bernard ne fit contenance de s’émouvoir de ce coup, et s’approchant de l’autel, se met à genoux et fait ses prières, aussi froid et tempéré que s’il n’eût rien vu. Ce fait, il se lève, prend la chappe et commence à dire la messe. Comme il étoit ès secrets de la messe, autant de fois qu’il signoit la sainte hostie, il se tournoit vers la femme, faisant sur elle le signe de la croix. A ces signes de la croix, le diable, contre lequel saint Bernard les apposoit, ne se sentait moins blessé et offensé que si on lui eût rué quelques vives estocades qui eussent porté, et faisoit alors de si laides et étranges grimaces, et se tempestoit en sorte au corps de la femme, qu’on voyoit manifestement qu’il enduroit. Après que saint Bernard eut élevé le corps de Notre-Séigneur, et achevé de dire l’oraison dominicale après l’élévation, il vient à la femme pour assaillir l’ennemi de plus près, et tenant la sainte hostie sur la patène du calice, et, mettant la patène sur la tête de la femme, disoit telles ou semblables paroles, parlant au diable : « Voici, esprit misérable et damné voici ton juge, voici cette grande et immense puissance. A cette heure, fais-lui résistance, si tu oses ; voici celui qui, étant près de souffrir la mort pour notre salut, dit à ses disciples que le prince du monde seroit jeté dehors. Voici ce corps qui fut créé du plus pur sang de la vierge immaculée, qui fut étendu en l’arbre de la croix,