Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/242

Cette page n’a pas encore été corrigée


ESSAIS ET NOTICES.

LA MÉCANIQUE CHIMIQUE.

Essai de mécanique chimique fondée sur la thermochimie, par M. Berthelot, membre de l’Institut, professeur au Collège de France, 2 vol. in-8° ; Paris, 1879 ; Dunod.

La chimie est une science de date récente. Lavoisier l’a créée de toutes pièces vers 1779, et en un siècle elle a fait de tels progrès qu’elle est aujourd’hui une des plus parfaites. Grâce au travail persévérant des générations qui ont suivi Lavoisier, cent années ont suffi pour transformer les élucubrations confuses et bizarres des alchimistes en une série de faits innombrables, précis, reliés les uns aux autres par des lois exactes et synthétiques. Le livre que M. Berthelot vient de faire paraître, et qui présente l’ensemble de ses leçons et de ses travaux depuis près de quinze ans, consacre un des nouveaux progrès de la chimie. C’est en quelque sorte la fin de l’empirisme, et la démonstration des lois physiques, presque mathématiques, qui régissent les affinités, si capricieuses en apparence, des élémens et des substances.

En effet toute science tend ou doit tendre à dégager des faits épars qui la constituaient tout d’abord les grandes lois qui gouvernent ces faits. Comme ces lois peuvent être exprimées par des formules, il s’ensuit qu’une science est d’autant plus avancée qu’elle se rapproche plus des mathématiques. Ç’a été le rêve de Descartes, de Pascal, de Leibniz et des plus grands esprits ; ils ont réussi à donner aux lois de la physique une apparence presque exclusivement mathématique, si bien que les propriétés générales de la matière (chaleur, électricité, lumière, mouvement) se ramènent maintenant à des formules qui sont plus ou moins simples, mais enfin qu’on peut soumettre au calcul et dont on peut déduire certaines conséquences, de même que d’un théorème de géométrie on peut déduire des corollaires.

M. Berthelot a tenté de faire pour la chimie ce que depuis longtemps on a fait pour la physique. Lorsque deux élémens se combinent, lorsque une substance se décompose en ses élémens, lorsque un corps combiné se dédouble en deux ou trois substances, peut-on découvrir les lois qui commandent ces dédoublemens, ces combinaisons, ces décompositions ? Peut-on rattacher les lois de la chimie à la vaste théorie de l’unité des forces physiques ?

Prenons un exemple qui donnera à ces notions abstraites une forme plus compréhensible. L’eau est une substance composée de deux corps simples, l’oxygène et l’hydrogène, qui se sont combinés pour former de l’eau. Mais pourquoi l’oxygène se combine-t-il à l’hydrogène ? Les chimistes ont donné un nom à la force qui fait que l’oxygène tend à s’unir à l’hydrogène, et ils ont appelé cette force, dont la nature leur était inconnue, affinité. Mais donner un nom à un fait ou découvrir la