Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/203

Cette page n’a pas encore été corrigée


grade et la considération qui s’attache à des fonctions honorablement rétribuées. Or, à part le baccalauréat, qui ne constitue pas un grade sérieux, combien de nos maîtres surveillans sont-ils gradués et quelle considération veut-on qu’on ait pour des gens misérablement payés ? En 1876, sur 1,597 maîtres ou aspirans répétiteurs appartenant à l’enseignement classique, il n’y en avait que 77 qui fussent licenciés ès-lettres et 35 qui fussent licenciés ès-sciences, et il y en avait 102 qui ne justifiaient d’aucun grade. Dans l’enseignement spécial, sur 143 maîtres il n’y avait pas un seul licencié et l’on ne comptait que 9 bacheliers. Quant aux traitemens, ils ressortaient, dans les lycées de Paris et de Versailles, à 1,500, 1,200 et 800 ; dans ceux des départemens, à 1,200, 1,000 et 700 francs. Il est vrai que depuis un décret les a portés, pour les maîtres répétiteurs pourvus du grade de licencié, à 1,800 et à 1,500 francs, pouvant se monter après cinq années d’exercice à 2,100 et 1,800 francs. Mais ce n’est là qu’une exception, et l’on peut dire hardiment qu’il reste encore bien à faire à l’administration de l’instruction publique pour élever la fonction de maître d’étude à la hauteur d’une carrière.

Encore n’est-ce là qu’un des côtés et le plus petit de la question, Supposez un beaucoup plus grand nombre de maîtres surveillans licenciés, ou candidats sérieux à la licence, car une fois licenciés, ils n’auront rien de plus pressé que de se faire nommer professeurs. Supposez que l’on arrive à leur assurer une situation sortable, trouvera-t-on pour cela du jour au lendemain chez eux le dévoûment professionnel, le désintéressement, la patience qui se rencontrent à un si haut degré chez le préfet des mœurs (prœfectus morwn) des établissemens congréganistes ? M. le ministre de l’instruction publique a fait inspecter plusieurs de ces établissemens, et nous l’en louons fort ; mais comment cette inspection s’est-elle produite ? A la dernière heure et d’une façon précipitée, superficielle. Elle n’a porté que sur les livres, elle a négligé tout le reste. Elle n’a rien voulu connaître ni de l’enseignement, ni des méthodes, ni du système d’éducation, en sorte qu’au lieu d’un rapport d’ensemble et d’une enquête approfondie, sérieuse, la visite inattendue des agens de l’administration dans les collèges des jésuites n’a eu d’autre résultat, — c’était peut-être, il est vrai, le seul auquel on tînt, — que de fournir à M. le ministre de l’instruction publique un choix de citations pour son discours. Il est fâcheux que les choses se soient passées de la sorte. Si MM. les inspecteurs-généraux n’avaient pas été si pressés, peut-être eussent-ils rapporté de leur visite une impression moins défavorable, et nous doutons qu’après les avoir entretenus, M. Jules Ferry fût allé jusqu’à