Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/756

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sa bonne grâce et de sa douceur. Tel que le représentent ses lettres, les mémoires et les récits de mon père, il avait de la bonhomie et de la finesse, de l’esprit de conduite et de l’égalité d’humeur, assez du moins pour ne se point faire d’ennemis. Il n’en aurait jamais eu si une certaine sauvagerie, qui paraît s’allier si mal avec l’agrément de la conversation et des relations, et qui ne l’exclut pas toujours, le goût du repos, et un fonds de paresse et de timidité ne l’eussent de plus en plus porté à la retraite et à l’isolement. Lorsqu’on ne leur déplaît pas précisément par des côtés rudes et inaccessibles, les hommes ne pardonnent guère la négligence ou l’indifférence. Il avait un mélange de modestie et d’amour-propre qui, sans le rendre insensible aux honneurs du rang qu’il avait obtenu, le portait quelquefois à rougir des vétilles solennelles auxquelles ce rang même dévouait sa vie. Il croyait mériter mieux que cela, et n’aimait pas à poursuivre péniblement ce qui ne lui venait pas de soi-même. Il prenait peu de plaisir à faire usage de l’art, qui peut-être ne lui était pas refusé par le sort, de traiter avec les hommes. Il n’aimait pas à se mettre en avant, et le laisser-aller convenait à son indolence. Il a été plus tard un préfet laborieux, mais c’était un courtisan négligent et inactif. Il n’employa son savoir-faire qu’à éviter les collisions, à remplir ses fonctions avec goût et avec mesure. Après avoir eu beaucoup d’amis et de relations, il laissa tomber ses amitiés, ou du moins ne parut rien faire pour les retenir. Si l’on n’en prend grand soin, les liens se relâchent, les souvenirs s’effacent, les rivalités se forment, et toutes les chances d’ambition s’échappent. Il n’avait aucun goût à jouer un rôle, à former des liaisons, à ménager des rapprochemens, à faire naître les occasions de fortune ou de succès. Il ne paraît pas l’avoir jamais regretté. Je pourrais très aisément en développer les causes, et peindre en détail ce caractère, ses défauts, ses ennuis et même ses souffrances. C’était mon grand-père.

La première épreuve très cruelle qui attendait M. et Mme de Rémusat dans leur nouvelle situation est le meurtre du duc d’Enghien. Voir tout à coup se couvrir d’un sang innocent celui que l’on admirait et que l’on s’efforçait d’aimer comme la plus pure image du pouvoir et du génie, comprendre qu’une telle action n’était que le résultat d’un calcul froid et inhumain, devait causer une douleur profonde dont on verra les témoignages dans ce récit. Il est même remarquable que l’impression qu’en ressentirent les honnêtes gens de la cour dépassa ce qu’on éprouva au dehors. Il semble qu’on fût un peu blasé sur les crimes de ce genre. Même chez les royalistes absolument ennemis du gouvernement, cet événement causa plus de douleur que d’indignation, tant en matière de justice politique et de raison d’état les idées étaient perverties !