Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/755

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


commence que quelques années plus tard, pendant les voyages de l’empereur en Italie et en Allemagne. On voit cependant dans les Mémoires, quoique peu abondans en détails personnels, combien tout était nouveau et curieux pour une très jeune femme, transplantée tout à coup dans ce palais, et assistant de près à la vie intime du chef glorieux d’un gouvernement inconnu. Elle était sérieuse comme on l’est dans la jeunesse, quand on n’est pas très frivole, et disposée à beaucoup regarder, à beaucoup réfléchir. Elle ne paraît avoir nul amour-propre sur les choses du dehors, nul goût de dénigrement, nul empressement à briller ou à parler. Que pensait-on d’elle en ce temps-là ? Nous ne le savons guère, quoiqu’on ait la preuve, par quelques passages de lettres ou de mémoires, qu’on lui trouvait de l’esprit, et qu’on la craignait un peu. Il est probable pourtant que ses amies ou ses compagnes devaient la croire plutôt pédante que dangereuse. Elle réussit bien, surtout dans les premiers temps, la cour étant alors peu nombreuse, les distributions ou les faveurs à briguer presque nulles, les rivalités peu ardentes. Mais peu à peu cette société devint une cour véritable. Or les courtisans craignent fort l’esprit, et surtout cette disposition des gens d’esprit qu’ils ne comprennent guère, à s’intéresser d’une manière désintéressée, pour ainsi dire, à savoir les choses et à juger les caractères, sans même chercher un emploi profitable de cette science. Ils sont disposés à toujours soupçonner un but caché à toute observation, à tout jugement. Les personnes distinguées sont très vivement prises par le spectacle des choses humaines, même lorsqu’elles ne veulent que regarder. Elles aiment à se mêler même de ce qui ne les regarde pas, comme on dit en mauvaise part, et on a bien tort. Cette faculté est la moins comprise de toutes par ceux qui en sont dépourvus, et qui en attribuent les effets à quelque arrière-pensée personnelle, à quelque calcul d’intérêt. Ils supposent un dessein, ils soupçonnent l’intrigue ou le ressentiment toutes les fois qu’ils aperçoivent du mouvement quelque part, et ne savent ce que c’est que l’activité spontanée et gratuite de l’esprit. Tout le monde a été exposé aux défiances de ce genre, plus redoutables lorsqu’il s’agit d’une femme douée d’une faculté un peu maladive d’imagination, entraînée à participer par l’intelligence aux choses qui ne sont pas de son ressort. Beaucoup de gens, surtout dans ce monde un peu grossier, devaient trouver au moins de la prétention et de l’amour-propre dans sa conversation et dans sa vie, et parfois l’accuser indûment d’ambition.

D’intrigue ou d’ambition, son mari en devait paraître tout à fait exempt. La situation que lui donnait la faveur du premier consul ne lui convenait guère, et il eût sans doute préféré quelque fonction laborieuse et administrative. Il ne trouvait là l’emploi que de