Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/706

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
SITUATION INTERIEURE
EN RUSSIE

Une femme qui avait beaucoup d’imagination, beaucoup d’esprit et quelquefois du bon sens a dit : « C’est prodigieux, tout ce que ne peuvent pas ceux qui peuvent tout. » Voilà une réflexion qu’il est naturel de faire et que tout le monde a faite au sujet des événemens qui se passent depuis peu en Russie. Ce pays où le principe d’autorité était tenu en si haute vénération, ce pays où le pouvoir est si fort, où le gouvernement n’est obligé de compter ni avec des chambres indiscrètes et tracassières, ni avec l’éloquence des tribuns, ni avec la liberté de la presse, ce pays de 80 millions d’habitans qui n’ont que rarement le droit de parler, et qui ont presque toujours lieu de se repentir quand ils ont manqué une bonne occasion de se taire, ce grand pays qui donnait à l’Occident agité, fiévreux, tumultueux et bavard des leçons d’ordre, d’obéissance, de tenue, de discipline et surtout de silence, offre aujourd’hui au monde un spectacle bien étrange.

Des entreprises pleines d’audace et de péril, des complots ténébreux, des conspirateurs presque insaisissables, des fanatiques toujours prêts à jouer leur tête pour une idée qui n’est que le fantôme d’une idée, des attentats impunis, des tentatives de régicide qui n’avortent que par un miracle, de sombres aventures telles qu’en inventent ces romanciers dont l’imagination ne se refuse rien et creuse à plaisir dans le noir, voilà les nouvelles, les récits qui nous arrivent de Saint-Pétersbourg. Sous la Russie qu’on voit, il y en a une autre qu’on ne voit pas, une Russie souterraine, où siègent des tribunaux secrets et où s’impriment des journaux subversifs, un sous-sol profond et mystérieux, d’où sortent,