Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/704

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fères recommence-t-il l’expérience sur un autre chien qui venait de faire un repas abondant. Son attente ne fut pas trompée, et le même spectacle de vaisseaux blancs sillonnant le mésentère vint frapper ses regards.

Là est le génie, et non pas, comme le dit Flourens, dans cette action insignifiante de piquer les vaisseaux blancs pour faire écouler le suc qu’ils contiennent. Une expérience ne peut être comparée à une autre que si on se place dans les mêmes conditions, et c’est pour avoir, par un trait de génie instinctif, compris et appliqué cette règle absolue de la méthode expérimentale qu’Aselli a découvert les chylifères et illustré à jamais son nom.

D’autres observateurs avaient déjà vu ces chylifères ; mais comme ils n’avaient pas su préciser dans quelles conditions ils apparaissent, leurs observations avaient passé inaperçues. Ainsi, au temps de l’antiquité, Hérophile et surtout Érasistrate avaient remarqué que sur des jeunes chevreaux nourris à la mamelle, on voit en ouvrant l’abdomen de nombreux vaisseaux blancs comme gorgés de lait. Galien, qui rapporte cette opinion, ne la réfute pas, et, s’il l’avait crue fausse, il n’aurait certes pas manqué de combattre Érasistrate dont il poursuit sans pitié les erreurs.

Avant qu’Aselli eût fait sa découverte, un autre anatomiste italien, Eustachi, avait vers 1553 découvert dans le thorax un vaisseau analogue à une veine et contenant une liqueur blanche. Eustachi appela ce vaisseau veine blanche du thorax. Aselli, qui mourut quelque temps après sa découverte, ne sut pas voir que les vaisseaux chylifères allaient se rendre à la veine blanche d’Eustachi.

La découverte d’Aselli eut un grand retentissement, et quoiqu’elle ait moins d’importance que celle de Servet et de Harvey, elle fut plus rapidement connue, moins contestée et plus célèbre. En 1626, Pieresc, sénateur d’Aix, fit une expérience sur un criminel condamné à mort. Celui-ci avait fait un repas copieux peu de temps avant d’être conduit au supplice ; une heure et demie après son exécution, les médecins auxquels son corps était abandonné en firent l’ouverture ; et tous les assistans virent de la manière la plus évidente les vaisseaux lactés du mésentère remplis de chyle. Partout, dit M. Milne-Edwards, les lymphatiques furent publiquement démontrés, par Rolfink à Iéna, Simon Pauli à Copenhague, Fabrice de Hilden à Berne, Fournier à Paris, Highmore en Angleterre. Le célèbre tableau de Rembrandt qu’on a appelé la Leçon d’anatomie représente l’anatomiste hollandais Tulp faisant la démonstration des chylifères.

La découverte d’Aselli était incomplète, comme celle d’Eustachi, puisqu’on ne voyait pas la chaîne qui relie les vaisseaux chylifères