Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/627

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I

Si l’érudition de nos jours avait su se contenir dans les limites qu’elle observait autrefois, — ou seulement il y a trente ans encore, — dans les justes limites qu’avaient posées jadis ces vénérables bénédictins dont la science n’était égalée que par leur modestie, nous n’aurions rien à dire. Les érudits de ce temps-là, qui valaient bien ceux du nôtre, les Mabillon et les Montfaucon, les Adrien de Valois et les Du Gange, tant d’autres encore, excellens humanistes, bons écrivains d’ailleurs, quand ils avaient accompli leur tâche, ne croyaient pas avoir tout fait, ni qu’en dehors d’eux il ne restât rien à faire. Ils avaient trop de goût pour enfler démesurément la voix, trop de naïf et modeste bon sens pour vouloir persuader à leurs contemporains qu’il n’y a rien au-dessus de ce qu’on appelle aujourd’hui la recension d’un texte ou le déchiffrement d’un parchemin gothique, ils ne considéraient pas enfin que ce fût l’effort suprême de l’esprit humain que d’avoir collationné, classé, numéroté les manuscrits de la Chanson de Roland, — d’autant qu’ils ne les connaissaient pas, et que personne encore ne s’était avisé des beautés cachées que renferme l’épopée du moyen âge.

Rappellerons-nous ici, — depuis eux, — quelques-uns des hommes qui précisément remirent chez nous, vers 1830, le moyen âge en honneur ? Il est trop évident que ni les Mérimée, par exemple, ni les Vitet ne couraient le risque de s’égarer et de se perdre dans les petitesses de l’érudition. Constatons seulement que les érudits de profession, mais de la bonne marque et du juste aloi, les savans continuateurs de l’Histoire littéraire de la France, quand ils abordèrent les chansons de geste et les fabliaux, se gardèrent bien de surfaire leur œuvre en surfaisant cette littérature qu’ils ramenaient à la lumière. Et comment Victor Le Clerc eût-il oublié qu’il avait commencé par être le traducteur juré des élégances cicéroniennes ? ou M. Paulin Paris qu’il avait autrefois débuté dans les lettres par une Apologie de l’école romantique ? Ils n’abdiquèrent donc pas tout esprit de critique et de juste sévérité. L’application laborieuse qu’ils mirent à leur tâche ne leur fit pas illusion sur l’importance et sur l’intérêt littéraire des résultats. Ils n’affichèrent pas enfin la prétention de déplacer le centre de l’histoire de la littérature française.

Nous avons changé tout cela, sous prétexte d’antiquités nationales. De l’ombre des bibliothèques et du fond de l’école des chartes, il s’est levé de nos jours toute une jeune génération d’érudits, à qui cet enthousiasme tempéré de la littérature et de la langue du moyen âge a cessé de suffire. C’est depuis que la linguistique et