Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/576

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il recueille avec une complaisance manifeste les bénéfices d’une situation agrandie par l’ambition de son bisaïeul* Ce fut, en effet, Thomas de Riqueti qui, ayant reçu dans sa maison, la plus belle de Marseille, le jeune roi Louis XIV, obtint l’érection en marquisat de la terre de Mirabeau. A partir de 1685, les Riqueti de Florence ou les Riquet de Marseille font, place aux marquis, aux comtes, aux chevaliers de Mirabeau.

« Ciel brûlant, climat excessif, promenoirs arides, rochers, oiseaux de proie, rivières dévorantes, torrens, ou nuls ou débordés, » dit le marquis de Mirabeau en décrivant le pays où vécurent ses ancêtres. « Des hommes faits, forts, durs, francs et inquiets, » ajoute-t-il en peignant ses ancêtres eux-mêmes. Nous sommes obligés de croire sur parole à l’exactitude de ces portraits, car nous ne connaissons guère les premiers Mirabeau. Ce qui rend tout à fait vraisemblable l’assertion de leur descendant, c’est ce que nous savons de son propre caractère et de celui de son fils. Tels enfans, tels pères. Les traits dominans de la race paraissent bien avoir été la force, la dureté, l’inquiétude. Joignons-y ce que le marquis appelle dans son langage original « un air de singularité tranchante » aussi marqué chez les Mirabeau que pouvait l’être l’esprit chez les Mortemart ou le don de la plaisanterie chez le duc de Roquelaure. Lorsqu’ils se présentaient dans le monde et qu’on entendait prononcer leur nom, on les regardait avec curiosité, comme si l’on s’attendait à l’explosion de quelque emportement soudain ou à quelque trait d’originalité hardie. Le grand-oncle du marquis commença la réputation de la famille en ce genre par un mot justement célèbre. Il était capitaine aux gardes françaises et revenait de la cérémonie que la basse adulation du duc de la Feuillade avait organisée sur la place des Victoires autour de la statue de Louis XIV. En passant avec sa compagnie sur le Pont-Neuf, il dit à ses soldats devant la statue d’Henri IV : « Mes amis, saluons celui-là, il en vaut bien un autre. » Ce sont là des hardiesses qui n’aident point à la fortune d’un officier.

Le marquis Jean-Antoine, père de l’Ami des hommes et grand-père de l’orateur, ne sut jamais non plus tenir sa langue. Quoiqu’il fût un des plus beaux hommes de son temps, très brave et très vigoureux officier, criblé de blessures, il ne réussit point à dépasser le grade de colonel. La liberté de son langage fit tort à son avancement. On cite de lui bien des traits singuliers et plaisans. Il n’était encore que capitaine lorsqu’un commissaire inspecteur, envoyé par Louvois, ne le trouvant point à la tête de sa compagnie, voulut le porter absent ; il revint sur l’entrefaite, et ne pouvant obtenir, malgré ses réclamations, d’être considéré comme présent, cravacha le commissaire en lui disant d’un ton dégagé : « Puisque