Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/492

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 mai 1879.

Le sénat est rentré l’autre jour sans bruit dans son paisible palais de Versailles. La chambre des députés rentre demain à son tour, sans plus de cérémonie, dans la résidence officielle des pouvoirs publics. Ces six semaines de vacances parlementaires qui viennent de passer auraient pu, auraient dû être fructueusement employées : on peut déjà craindre qu’elles n’aient été à peu près perdues, qu’elles n’aient servi qu’à mettre en lumière quelques difficultés, quelques discordances de plus. Les deux assemblées vont se retrouver à leur retour, comme au moment où elles sont parties, en présence de toutes ces questions qui se succèdent, qui naissent les unes des autres et s’enchevêtrent bizarrement au courant de notre vie publique. Elles vont revoir tout ce qu’elles ont déjà vu, sans compter les surprises nouvelles que le hasard et l’esprit de parti peuvent mettre sur leur chemin, et le mal le plue sensible, ie plus redoutable, n’est même pas dans tel ou tel incident, dans l’invalidation ou la validation de M. Blanqui, dans l’embarras de se prononcer sur le retour à Paris ; il est plus encore et avant tout dans ce qui fait que tous les incidens sont possibles, dans la profonde confusion des idées, dans l’incohérence des volontés, dans une sorte de décomposition et d’émiettement de toutes les forces morales et politiques. Le mal le plus grave est dans l’altération évidente et croisante d’une situation générale où M. Blanqui peut un seul instant être un personnage, où le sentiment indistinct d’une crise permanente se répand à tout propos, et où l’on est si occupé à disputer la vie de chaque jour qu’il ne reste plus ni temps ni liberté d’esprit pour traiter sérieusement les affaires sérieuses, pour s’attacher aux intérêts supérieurs du pays. Un député radical, dont les froides violences de langage devraient au moins être un avertissement, disait ces jours derniers dans une réunion populaire que le gouvernement « manquait d’orientation. » Ce représentant du radicalisme entendait sans doute d’une étrange manière son « orientation, » il aurait bientôt orienté la république sur le cap des tempêtes.