Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Lefrançais, de Ledroit et de Billioray, parce que « la concession à perpétuité est contraire aux principes démocratiques révolutionnaires. »

La grosse question qui occupait alors les législateurs de l’Hôtel de Ville était celle des billets à ordre dont l’échéance avait été successivement prorogée. Les économistes, — la minorité, — de la commune ne laissent point échapper cette occasion de mettre en lumière le produit de leurs « profondes études, » comme aurait dit Emile Lebeau. Je ne sais si la discussion fut claire, mais le procès-verbal en est tellement confus, tellement obscur, il contient tant de paroles vagues et indécises, il enregistre un si grand nombre de lieux communs enfermés dans des phrases toutes faites, qu’il en arrive à ne plus rien signifier et que la conclusion prouve que l’on n’a pas conclu. Parmi eux cependant, il en était plus d’un qui avait péremptoirement déclaré qu’il suffisait d’une heure pour résoudre le problème social. Plusieurs séances laborieuses et souvent fastidieuses furent cependant employées à discuter ces fameuses échéances. Les reculera-t-on de six mois ou d’un an? Les coupera-t-on par huitièmes ou par douzièmes? Admettra-t-on les endos, les supprimera-t-on? Créera-t-on un tribunal arbitral? Nul n’en sait rien, et au quatrième jour la discussion est aussi avancée que le premier. Ce n’est que de la logomachie, et rien de plus. A l’heure où tous les économistes sont aux prises et cherchent une solution qu’ils n’aperçoivent pas, on apprend que les fédérés entrent de plain-pied dans la voie pratique et expliquent, par un commentaire vigoureux, comment ils comprennent l’établissement de la république universelle. Le 16 avril, l’hôtel de la légation de Belgique est envahi par des marins et des fédérés du 218e bataillon ; ils ont fait des requissions, ils ont bien bu, bien mangé, ont amené quelques dames de leur connaissance et se sont donné un bal. C’est la note gaie au milieu de tant de divagations tristes. La commission des relations extérieures fut chargée de faire une enquête, et Paschal Grousset, chef du ministère des affaires étrangères, parla avec compétence des immunités diplomatiques. Le fait paraît blâmable, parce qu’il s’est exercé sur la demeure du représentant d’une puissance étrangère; s’il eût eu pour objectif l’hôtel d’un Parisien, on l’eût trouvé légitime. Dans ce cas sans doute, on eût affirmé que le peuple n’avait fait qu’exercer un des droits innombrables dont il est détenteur. Ces droits, on essayait de les lui faire connaître par toute sorte de moyens. Treillard, le directeur de l’Assistance publique, veut commencer l’éducation révolutionnaire par les malades : « Les hôpitaux et hospices auront à l’avenir une salle de lecture où les convalescens, les blessés, les vieillards trouveront