Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Conduits par Chalcidéus et par Alcibiade, soutenus par la présence de Tissapherne, les habitans de Milet se crurent de force à tenter une sortie. Ils furent complètement battus, refoulés dans leur ville et investis le jour même par les forces athéniennes. Chalcidéus, le négociateur de Sparte, avait bravement payé de sa personne; il trouva la mort dans cet engagement. Quant au fils de Clinias, son rôle n’était pas fini. Échappé sain et sauf du combat, il courut à cheval jusqu’aux bords du golfe qui s’ouvre entre Halicarnasse et Milet, juste en face de Pathmos, de Léros et de Calymnos. Là venaient de mouiller vingt vaisseaux de Syracuse, deux de Sélinonte, trente-trois du Péloponèse. Théramène de Lacédémone amenait cette escadre au nouveau commandant en chef des forces alliées, au navarque Astyochos. Dès le point du jour, la flotte combinée cinglait vers Milet. Théramène s’était flatté de surprendre les Athéniens, il fut cruellement déçu. Un avis venu de l’île Léros avait mis les généraux d’Athènes, Phrynicos, Onomaclès et Scironidès, sur leurs gardes. En un instant, l’armée, les blessés, le matériel de siège, furent embarqués, le butin abandonné sur la plage et les vaisseaux dirigés à toutes rames sur Samos. Si l’amiral Persano eût montré à Lissa autant de diligence, il n’eût pas été réduit à combattre Tegethof dans les conditions défavorables qu’il accepta. Pouvait-il, en cette occasion, imiter l’exemple que lui donnait, en l’an 413 avant Jésus-Christ, Phrynicos? Pour mettre des troupes à terre, pour les reprendre à bord, nous sommes bien loin de disposer des moyens rapides et sûrs que possédaient les anciens. Ne m’a-t-il pas fallu à moi-même, dans la seconde année de l’expédition du Mexique, près d’un mois pour rembarquer un seul bataillon groupé près de l’embouchure de la rivière de Tampico? Théramène avait manqué l’occasion de surprendre une flotte athénienne; il saisit avidement celle qui s’offrait à lui de gagner les bonnes grâces de Tissapherne. Le satrape avait dans la ville de Iasos, sur la côte de Carie, un ennemi personnel; il fit appel au zèle des Lacédémoniens. Les Lacédémoniens s’emparèrent de la place désignée à leurs coups et l’abandonnèrent aux vengeances du gouverneur de l’Asie maritime. La revanche des Perses commençait. Pour payer le service qui lui était rendu, Tissapherne apporta de l’or. Tous les navires alliés reçurent un mois de solde.

Tissapherne avait désormais sa flotte ; Pharnabaze, à son tour, voulut avoir la sienne. Les Péloponésiens lui promirent vingt-sept vaisseaux, et Antisthène de Sparte reçut l’ordre de les lui conduire. La mission était plus facile à donner qu’à remplir ; Athènes gardait avec soin les avenues de l’Hellespont. Trente-cinq vaisseaux, commandés par Charminos, Strombichidès et Euctémon, cinglaient en ce moment même vers Chio ; soixante-quatorze autres, maîtres de