Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/869

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Si la banque était délivrée des réquisitions forcées qui faisaient brèche à ses caisses, elle l’ignorait et en tout cas elle n’était point délivrée de ses craintes. On ne savait ce que devenait l’armée française; on avait beau monter sur les toits, se munir de longues-vues et regarder à tous les coins de l’horizon, on n’apercevait rien; à peine çà et là, dans le lointain, quelques fumées blanches, montant sous le ciel et s’éparpillant au vent, indiquaient l’emplacement possible d’un combat. On était énervé. On allait, on venait dans les cours, dans les couloirs : parfois on jetait un coup d’œil dans les rues, elles étaient presque désertes ; de rares passans se hâtaient, parfois un ivrogne chantant mettait un peu de bruit dans ce morne silence. Vers les quatre heures, on eut quelques nouvelles ; lentement et méthodiquement, décidée à ne rien livrer au hasard, l’armée s’avançait; Ladmirault et Clinchant avaient fait leur jonction sur le sommet des buttes Montmartre, dont ils s’étaient rendus maîtres sans difficultés; Vinoy tiraillait aux environs de l’esplanade des Invalides et cherchait à s’emparer du Corps législatif; Cissey, brisant à angle droit la marche de son corps d’armée, vient de s’installer dans la gare Montparnasse. Ce sont là les mouvemens des ailes ; la Banque est au centre, et le corps du général Douay est encore arrêté sur le boulevard Malesherbes; mais sa gauche, formée par la division Vergé, momentanément détachée du corps de Vinoy, chemine dans le haut du faubourg Saint-Honoré. Cela n’était pas rassurant. La Banque était au cœur même du quartier que l’insurrection occupait ; entre elle et l’armée française s’élevaient les ouvrages considérables de la rue de Rivoli, de la place Vendôme, sans compter vingt barricades improvisées, dont une seule, celle de la rue de la Chaussée-d’Antin, neutralisait les efforts du général L’Hériller, qui cependant l’attaquait en s’appuyant sur l’église de la Trinité, en haut de laquelle les marins avaient hissé leurs batteries mobiles.

On n’en était encore qu’à la bataille, et déjà la lutte faisait horreur. S’il eût existé l’apparence d’un sentiment humain dans l’âme des terroristes qui dirigèrent la dernière résistance de la commune, ils auraient mis bas les armes. Ces hommes qui, dans leurs discours et leurs proclamations, faisaient sonner si haut leur tendresse humanitaire n’eurent même pas cette simple humanité dont l’irrésistible impulsion commande d’arrêter l’effusion du sang devenue inutile. Ils allèrent jusqu’au bout de leur mauvaise action, Sardanapales de la charcuterie et de l’absinthe que leur criminelle vanité poussait à disparaître au milieu d’un grand cataclysme. Mourir en anéantissant une des plus énormes villes du monde, c’était quelque chose pour ces exaspérés de leur propre médiocrité. Soit ! mais combien sont morts? combien ont affronté « l’ennemi social » et sont tombés