Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/857

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il faut reconnaître qu’il n’y a que ces gens-là pour se dire si bien leurs vérités. « Vous craignez pour votre tête, leur disait Vermesch; et qu’est-ce que cela nous fait, votre tête ! Fusillez, guillotinez, mais que la révolution soit sauvée ! » Il dénonce, en les désignant nominativement, Jourde, Beslay, Vallès, Vermorel, Andrieu et dix autres. « Le père Duchêne dit :... que les lâches doivent être passés par les armes ; au fond, nous aimons mieux ça, et nous préférons que vous débarrassiez la commune de vos personnes. Mais le père Duchêne ajoute que la commune en sera bien plus débarrassée encore, une fois que la cour martiale aura statué sur vos destinées. » Cet article porte la date du 18 mai : il était grave; nul n’ignorait alors parmi les gens de la commune que la feuille ordurière de ce Vermesch avait préparé l’opinion publique aux mesures violentes que l’on méditait; c’est ainsi que l’on fit dénoncer Gustave Chaudey dans le Père Duchêne, lorsque l’on eut résolu de l’arrêter pour l’assassiner plus tard. Jourde se sentait très menacé, et, à ce moment de grand péril pour tout ce qui n’était pas devenu fou furieux, il lui suffisait de manquer d’argent pendant une heure pour être écroué et remplacé. Son successeur eût été certainement pris parmi les jacobins; il eût immédiatement agi de violence, jeté le père Beslay à la porte, et occupé la Banque.

On le comprit très nettement à l’hôtel de La Vrillière; on sauva Jourde et Beslay pour mieux se sauver soi-même. Le soir, à neuf heures, MM. Durand, Denière, Davillier, Frère, se réunirent en conseil, sous la présidence de M. de Plœuc, pour délibérer ; les 500,000 fr. que Jourde réclamait d’une façon désespérée lui sont accordés. Les termes de la lettre du délégué aux finances font redouter de brutales entreprises; en outre, des bruits vagues courent dans Paris : des portes sont abandonnées, les remparts sont littéralement pulvérisés sous l’action des batteries de Montretout; les Versaillais cheminent dans le bois de Boulogne; ils ne sont plus à 100 mètres du fossé ; deux fois, dans le courant de la semaine, on a désigné le jour de leur rentrée; ils ne peuvent tarder, et bientôt ils vont apparaître. C’est la délivrance, à coup sûr, mais c’est peut-être une terrible bataille dans les rues; qui sait alors si la Banque ne deviendra pas un point stratégique important et si elle ne sera pas le théâtre d’un combat acharné ? Elle peut être bombardée, saccagée, incendiée, il est donc urgent de mettre à l’abri du feu et d’un accès de violence les valeurs qu’elle renferme; il faut tout faire pour arracher aux mauvaises chances les trois milliards dont elle est dépositaire. Les chefs de service avaient été appelés à cette délibération, qui empruntait aux circonstances une sorte de gravité funèbre. Chacun était oppressé, car il y avait longtemps que le cauchemar durait, et l’on craignait de n’en sortir qu’après bien des