Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/698

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donne un peu plus de valeur qu’il n’en a déjà en vertu de la loi de germinal an XI. D’après cette loi, et sur le rapport de 1 à 15 1/2, 5 pièces de 5 francs d’argent valent exactement 25 francs en or, mais elles ne sont pas tout à fait égales à la livre sterling d’or, qui a une valeur intrinsèque de 25 francs 22 centimes ; on les ferait bénéficier des 22 centimes, ce qui ajouterait encore près de 1 pour 100 au prix légal de l’argent. Nous ne croyons pas qu’on puisse discuter sérieusement un pareil système. Déjà le problème de l’unité monétaire était difficile à résoudre avec la seule pièce de 25 francs d’or, parce que celle-ci entraînait la refonte des monnaies partout, et avait l’inconvénient de ne pas se prêter aisément au calcul décimal ; si on y joignait encore une subdivision en monnaies d’argent, en cherchant à établir un rapport fixe de valeur entre les deux métaux, on tenterait l’impossible, et l’on perdrait son temps.

Il n’y a qu’une chose possible en fait d’unification monétaire, c’est l’adoption de la pièce de 10 francs. Cette pièce a déjà été indiquée dans la conférence de 1867, nous l’avons nous-même proposée ici dans un travail sur la question, elle nous paraît répondre à toutes les objections. D’abord, elle n’entraîne pas partout la refonte du système monétaire; les pays de l’union latine la possèdent déjà; il y a quelques années, les états scandinaves l’avaient adoptée, et ils l’auraient maintenue, si elle avait été la base de l’unité monétaire. L’Autriche frappe en ce moment des pièces de 4 et de 8 florins qui sont en tout semblables à nos pièces de 10 et de 20 francs et qui circulent concurremment avec elles. L’Espagne met également en circulation depuis quelque temps une pièce de 10 pesetas ou 10 francs. La Finlande l’a prise aussi, au dire de M. Wallenberg. On le voit, les dispositions sont favorables à cette unité monétaire dans beaucoup de pays, et cela se comprend. La pièce de 10 francs pourrait servir à la fois de monnaie en usage et de monnaie de compte. Elle n’est ni trop forte, ni trop faible. C’est un intermédiaire entre le franc, qui n’a pas assez de valeur, et la livre sterling, qui en a peut-être trop. De plus elle est décimale, sinon quant au poids, du moins quant à l’unité. On peut avec elle calculer les plus grosses sommes par de simples déplacemens de virgule, c’est un avantage inappréciable. Si une conférence internationale se réunissait avec l’intention d’adopter cette pièce et d’en faire l’unité monétaire, nous n’osons pas dire qu’elle réussirait du premier coup, de grandes résistances sont encore à vaincre, mais elle planterait un fort jalon pour l’avenir.

En résumé donc, il n’y a, je le répète, rien à faire dans l’ordre d’idées où se placent les Américains; on ne peut pas redonner à