Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/670

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce que c’est que la pauvreté. Il t’a fallu beaucoup d’années pour t’élever à ta situation présente... tu en tomberas d’un coup ; maintes fois, tu peux me croire, marchant à travers la poussière, le bâton à la main, la faim dans les entrailles, le désespoir au cœur et ta fille avec toi, tu maudiras tes scrupules d’aujourd’hui. L’aube vous éveillera chaque jour à de nouvelles souffrances, et la nuit ne vous apportera pas de repos; les épargnes que tu as faites à la sueur de ton front, je te les retire, et ta fille, l’objet de tes travaux, de tes soucis, ta fille, pour qui tu semais et récoltais, ta fille tendra aux passans une main amaigrie, à moins qu’elle ne préfère descendre à un trafic plus bas que celui dont tu parlais tout à l’heure avec tant de mépris. N’as-tu pas entendu, vieillard ?

Le pauvre homme restait assis, plié sur lui-même comme un patient à la torture, tandis que son seigneur épanchait toute cette colère; chaque fibre de son corps usé par l’âge et les épreuves était tenaillée cruellement; le bourreau savait trouver les points les plus sensibles pour y appliquer le fer et le feu : ses économies, sa fille... et aucune espérance raisonnable de désarmer ce puissant personnage enflammé par la passion, exaspéré par l’obstacle ne lui venait en aide au milieu d’une si horrible crise.

— Réfléchissez, dit enfin le maître, vous avez le temps jusqu’à demain. Demain Baschinka viendra au château, ou bien ce sera la ruine pour vous. Choisissez.

— Seigneur, répondit Jacob, et les larmes inondaient son visage vénérable, il est inutile d’attendre à demain. Si votre volonté est formelle, si vous n’éprouvez aucune pitié pour un vieillard au seuil du tombeau, pour une enfant dont le seul crime est sa vertu, chassez-nous. Le ciel saura me délivrer bientôt; je le prie de donner en même temps à ma fille courage et résignation.

— Tu ne veux pas?.. tu ne veux pas ?..

— Non, seigneur, non..., non...

En ce moment, la porte de la chambre voisine s’ouvrit, et Baschinka parut sur le seuil. Sans doute elle avait passé le temps de cet atroce débat dans la prière, car, ayant essuyé d’une de ses tresses blondes les pleurs qui remplissaient encore ses yeux rougis, elle se montra soudain calme et résolue.

— Que Dieu te bénisse, lui dit son père, tandis qu’elle l’embrassait avec tendresse. C’en est fait de notre bien-être en ce monde ; mais notre éternité, nous l’avons sauvée, Baschinka. Regardons en haut.

Toute la maison retentit du fracas de la porte que le seigneur laissait retomber derrière lui. Précipitamment il s’éloigna de ce séjour du bonheur et de la paix où il venait de faire entrer l’affliction