Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/429

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DAVID D'ANGERS
SES OEUVRES ET SES DOCTRINES

David d’Angers, sa vie, son œuvre, ses écrits et ses contemporains, par M. Henry Jouin. Paris, 1878.

Parmi les artistes français appartenant au XIXe siècle, il n’en est guère qui aient autant que David d’Angers attiré et retenu l’attention publique sur leurs ouvrages et sur leurs noms. Tant que David a vécu, il a vu le succès lui venir de toutes parts et lui rester fidèle, la critique enregistrer une à une et célébrer, à mesure qu’elles paraissaient, toutes les productions de son talent, la foule elle-même s’associer sans hésitation aux progrès d’une renommée qu’achevait de consacrer, il y après de quarante ans, l’ouverture à Angers d’un musée dédié tout entier à la gloire du maître et à l’histoire de ses travaux. Et pourtant celui qui a été jusqu’au bout l’objet de cette faveur unanime pratiquait un art auquel il est bien rare que la popularité s’attache dans notre pays. La sculpture, aux yeux du public français, n’a pas, à beaucoup près, les mêmes privilèges que la peinture, et l’on se croit assez généralement quitte envers les hommes qui s’y dévouent quand on a en passant jeté un regard distrait sur les statues ou les bas-reliefs dont ils ont peuplé nos promenades ou décoré nos monumens. Tel d’entre nous qui pourrait facilement nommer l’auteur du moindre tableau de genre ou de paysage exposé aux Salons serait fort embarrassé peut-être s’il lui fallait dire qui a sculpté les figures du Tombeau de Napoléon aux Invalides, les statues du jardin des Tuileries, ou les