Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 26.djvu/454

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L'ALSACE-LORRAINE
SOUS LE REGIME ALLEMAND

I. Considérations sur les finances et l’administration de l’Alsace-Lorraine sous le régime allemand, par M. Charles Grad, conseiller-général et député du cercle de Colmar au Reichstag. Paris, 1877. Germer Baillière. — II. Discours prononcé à la séance du Reichstag du 12 mars 1877, par M. Bezanson, ancien maire et député de la ville de Metz. — III. Séances du Reichstag du 28 février, 6 et 8 mars 1878.

Celui qui écrit ces lignes se souvient parfaitement d’avoir, à Bâle, sa ville natale, alors qu’il y faisait ses premières études, entendu son professeur d’histoire expliquer avec complaisance à ses élèves que la cité voisine, Mulhouse, avait jadis formé, pendant un long espace de temps, un petit état indépendant, rattaché par les liens de la plus étroite alliance aux cantons de la Suisse. Venait-il à s’animer un peu, notre maître ajoutait volontiers, non sans une pointe de tristesse, que, si la fortune n’était pas devenue contraire, cette contrée si proche et si amie aurait pu être appelée, pour son plus grand bonheur, à faire partie intégrante de la libre Helvétie. A l’université d’Iéna, j’ai plus tard entendu sur le même sujet une autre leçon. Là j’ai appris que l’Alsace tout entière, ainsi que la Lorraine, antiques possessions de l’empire d’Allemagne, avaient depuis tantôt deux siècles manifestement manqué leur véritable destinée, parti suite de méprises étranges, également contraires aux saines données de la logique et au progrès rationnel du développement historique. Plus sûr de l’avenir que mon compatriote, le petit professeur de Bâle, sujet à courber son esprit timide devant les faits accomplis, le puissant généralisateur qui tenait à Iéna la chaire de la philosophie de l’histoire ne se sentait pas gêné pour si peu que l’occupation deux fois centenaire de Metz et de Strasbourg par les Français. En termes un peu vagues, mais