Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 26.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
NOUVELLE-ZELANDE
ET
LES PETITES ILES ADJACENTES

I.
LA DÉCOUVERTE, — LES PREMIÈRES EXPLORATIONS. — LA PREMIÈRE IDÉE DE COLONISATION. — LA NATURE DU PAYS ENTREVUE. — LES HABITANS.


Pendant plusieurs années, ce fut grand émoi parmi les astronomes de tous les pays. Ils s’agissait d’aller sur des terres lointaines observer un rare phénomène qui devait se produire le 8 décembre 1874 : le passage de la planète Vénus sur le disque du soleil. Le phénomène offrait un moyen de vérifier la parallaxe de la terre et, ainsi de déterminer la distance exacte de nôtre planète au soleil. A la vérité, le plus illustre astronome de notre temps, qui se sentait maître de procédés plus rigoureux pour atteindre le but, ne fondait que de médiocres espérances sur le résultat des expéditions projetées ; pourtant personne n’aurait consenti à souscrire à l’abandon de l’observation du passage de Vénus. Avec les ressources d’investigation de la science actuelle ne pouvait-on pas surprendre quelque phénomène inattendu ? Et d’ailleurs quelle séduction de renouveler, après un siècle écoulé, dans des conditions plus favorables, les