Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 26.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
APPLICATIONS SCIENTIQUES
DE LA PHOTOGRAPHIE

II. [1]
LA PHOTOGRAPHIE APPLIQUÉE A L’ÉTUDE DES PHÉNOMÈNES TERRESTRES.

I. Das Licht im Dienste wissenschaftlicher Forschung, von Dr Stein. Leipzig 1877. — II. Les Merveilles de la photographie, par M. G. Tissandier. 1874. — III. La Photographie et la chimie de la lumière, par M. H. W. Vogel. 1877. (Bibliothèque internationale.) — IV. Les Progrès de la photographie, par M. A. Davanne. Paris 1877. Gauthier-Villars.


I

La révolution que la photographie commence à opérer dans les méthodes d’observation, en remplaçant l’œil par la plaque sensible, n’est pas sans analogie avec celle qui a suivi l’introduction des machines dans les ateliers industriels. C’est, dans les deux cas, une incalculable économie de travail. Nous avons essayé, dans une précédente étude, de faire apprécier les progrès qui doivent en résulter dans le domaine de l’astronomie. Si du ciel nous descendons sur la terre, il y a lieu de remarquer tout d’abord que la photographie est appelée à rendre d’incontestables services à l’enseignement de la géographie et des sciences qui s’y rattachent, en mettant entré les mains de tous des reproductions fidèles de sites caractéristiques, de types des diverses races, et de toute sorte d’édifices et de

  1. Voyez la Revue du 15 février.