Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 26.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE
MINISTERE DE LA MARINE
PENDANT LA COMMUNE

I.
L’OCCUPATION DE L’HOTEL DE LA MARINE. — LA FLOTTILLE DE LA SEINE.

Des lettres patentes signées du roi Louis XV, et datées du 21 juin 1757, prescrivirent la construction de la grande place qui, séparant le jardin des Tuileries de l’avenue des Champs-Elysées, a reçu, par une loi du 26 octobre 1795, le nom de place de la Concorde. L’architecte Gabriel fut chargé des travaux, qui, commencés en 1763, ne furent complètement terminés qu’en 1772. De chaque côté de la place, aux angles de la rue Royale, faisant face à la Seine, il éleva deux palais semblables, d’une rare élégance, que le temps, que les révolutions ont respectés et qui sont un des plus beaux spécimens de l’architecture française ! Le palais de droite, celui qui est le plus rapproché des Champs-Elysées, fut abandonné à des locations particulières ; celui de gauche, voisin des Tuileries, fut dans le principe le garde-meuble de la couronne. La dénomination était vicieuse et pouvait produire confusion, car c’était bien plutôt un musée qu’un garde-meuble : on y conservait les objets précieux offerts aux souverains ou leur ayant appartenu, objets historiques ; tels que l’armure de François Ier, le livre d’Heures de Richelieu, objets de valeur appartenant à la France même, tels que les tapisseries de haute lisse et les diamans de la couronne. On sait que ceux-ci y furent volés dans la nuit du 16 au 17 septembre 1792.