Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 25.djvu/768

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L'IDEE MODERNE DU DROIT
EN FRANCE

I.
LES ORIGINES DE L’IDEE NOUVELLE DU DROIT DANS L’ESPRIT NATIONAL ET LA PHILOSOPHIE NATIONALE.

I. Henri Taine. Les Origines de la France contemporaine. L’ancien régime. — II. Paul Janet. Histoire de la science politique dans ses rapports avec la morale. — Philosophie de la révolution française — La Morale. — III. Renouvier. Science de la morale. — IV. P.-J. Proudhon. La Justice dans la révolution et dans l’église.

La plupart des historiens et des philosophes, ceux de l’Angleterre et de l’Allemagne comme ceux de la France, ont constaté au premier rang, dans le pays de la révolution et du suffrage universel, l’ambition de renouveler l’ordre civil et politique en le fondant sur la pure justice ; tous ont accordé à la France une sorte de vocation historique pour l’établissement d’un règne du droit. Un des plus grands ennemis des « droits de l’homme, » un des écrivains les plus hostiles à nos gloires et à nos idées révolutionnaires, Joseph de Maistre reconnaissait cependant que la France « exerce sur les nations une puissance d’un genre particulier » qui, ayant surtout pour objet les problèmes de droit, les questions politiques ou sociales, peut s’appeler « une réelle magistrature. » Un historien bien connu de l’Allemagne, un de ceux qui récemment n’ont pas épargné les injures à notre pays, avait représenté jadis la France comme « ayant reçu la mission de réviser, d’époque en époque, les grandes lois de la vie européenne et les institutions de droit civil ou politique qu’elle avait d’abord elle-même