Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 25.djvu/455

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE
NAUFRAGE

Devant le cabaret qui domine la rade,
Maître Jean Goëllo, le rude camarade,
Le vieux gabier manchot du bras droit, le marin
Qu’un boulet amputa le jour de Navarin,
La pipe aux dents, buvant son grog par intervalles,
Conte, les soirs d’été, ses histoires navales
Aux pilotins du port attablés avec lui.

— Oui, mes enfans, voilà soixante ans aujourd’hui,
Leur dit-il, que je suis entré dans la marine
Et que j’ai pris la mer sur la Belle-Honorine,
Un trois-mât, éreinté, pourri, tout au plus bon
A brûler, qui faisait voile pour le Gabon,
Avec le vent arrière et la brise bien faite.
J’avais grandi, pieds nus, à pêcher la crevette
Avec un vieux, — mon oncle, à ce qu’on prétendait,
Qui rentrait tous les soirs ivre et qui me battait.
Tout enfant, j’ai beaucoup pâti, je puis le dire ;
Mais, une fois à bord, ce fut encor bien pire,
Et c’est là que j’appris à souffrir sans crier.
Primo : notre navire était un négrier
Et, dès qu’on fut au large, on ne tint plus secrète
L’intention d’aller là-bas faire la traite.
Le capitaine était toujours rond comme un œuf
Et menait l’équipage à coups de nerf de bœuf.
Tous retombaient sur moi, — la chose est naturelle,
Un mousse ! — Je vivais au milieu d’une grêle