Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 25.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES MEMOIRES
DE
LORD SHELBURNE

Life of William, earl of Shelburne afterwards, first marquess of Lansdowne, with extracts from his papers and correspondence, by lord Edmond Fitz Maurice, vol. II and III. London, 1876. Macmillan.

Lord Edmond Fitz-Maurice vient d’achever le monument qu’il a élevé à son illustre aïeul, lord Shelburne, pour disputer sa mémoire à la pénombre dans laquelle paraissait le rejeter la gloire éclatante de quelques-uns de ses contemporains dont le nom est sur toutes les lèvres. Les manuscrits qui sont conservés dans le manoir de Bowood, la demeure somptueuse que Shelburne avait créée et où il s’est éteint, les papiers du ministère des affaires étrangères que lord Derby a gracieusement mis à sa disposition, la correspondance de Shelburne avec différens personnages de marque, en particulier avec le célèbre docteur Price, honoré des insultes de Burke pour un discours sur la prise de la Bastille, lui ont permis de restituer plus d’un trait de la physionomie de cet homme d’état et de jeter un jour nouveau sur les divers incidens d’une époque que l’on ne connaît pas complètement, si l’on n’a pas été introduit derrière la scène, dans le secret des coulisses. Les deux volumes que nous avons inscrits en tête de cette étude reprennent le récit de la vie de Shelburne au moment où lord Chatham vient de former son ministère, au mois de juillet 1776, et le conduisent jusqu’à l’année de sa