Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/873

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
PRINCES COLONISATEURS
DE LA PRUSSE

I.
LE GRAND-ELECTEUR FREDERIC-GUILLAUME. — LES ROIS FREDERIC Ier ET FREDERIC-GUILLAUME Ier.

Hohenzollernsche Colonisationen, von Dr Max. Behelm-Schwarzbach, Leipzig 1874.


I

Aucune guerre n’a été plus désastreuse pour un pays que la guerre de trente ans pour l’Allemagne, et M. Freytag, le romancier historien, n’a point assombri la triste réalité quand il a dit : « Une grande région, depuis longtemps civilisée, où les villes fortes se comptaient par centaines et les villages par milliers, où la prairie alternait avec le champ labouré, avait été de telle façon ravagée que partout on y trouvait des espaces déserts ; la nature, redevenue sauvage, après avoir été longtemps enchaînée sous le joug de l’homme, faisait sortir de la terre ces vieux ennemis des peuples, la broussaille et la bête fauve. Il fallait être parvenu à moitié du chemin de la vie pour se rappeler l’aspect d’un village avant la guerre, combien de couples dansaient alors sous le tilleul, combien de têtes comptait le troupeau qui paissait dans la prairie… » Dans ce commun désastre, les états de l’électeur de Brandebourg eurent une large part. Pour parler d’une seule de ses provinces, la Marche avait