Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/618

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
RECHERCHE DE LA PATERNITE

I. Le Droit commun en Allemagne sur les enfant naturels comparé au droit français et anglais, par Zacharia. — II. L’Enfant né hors mariage, par M. Emile Accolas — III. Des Preuves et de la recherche de la paternité naturelle, par M. Charles Jacquier, docteur en droit.


I

Les jurisconsultes et les économistes s’abstiennent généralement d’écrire des drames ou des romans, et il est permis de croire que la littérature d’imagination ne s’en trouve pas sensiblement appauvrie. Les progrès de la science de la législation et de l’économie politique seraient-ils fort retardés, si les romanciers de leur côté imitaient cette réserve prudente dans la solution des problèmes sociaux ? Nous concevons fort bien qu’à l’aspect des vices et des misères dont la société abonde on soit tenté de ne point se borner à les peindre, et qu’on veuille entreprendre d’y porter remède. C’est là un sentiment des plus louables et qui témoigne des meilleures intentions. Seulement telle est la complication des moindres problèmes sociaux, qu’il faut, pour les aborder avec quelques chances de succès, autre chose que de bonnes intentions ; il faut une préparation spéciale, une certaine connaissance des sujets que l’on traite, un esprit d’analyse et de réflexion tourné dans une direction qui n’est pas celle du roman. Cette préparation indispensable ne manquait-elle pas à M. Eugène Sue par exemple lorsque, après