Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE
BOURGEOISE DE PARIS
ET UN ROI DE POLOGNE

Mme GEOFFRIN ET STANISLAS-AUGUSTE PONIATOWSKI.

Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Mme Geoffrin, avec une introduction de M. Charles de Mouy, 1 vol.; Plon, éditeur.

On croit toujours avoir épuisé les secrets de ce XVIIIe siècle qui a été emporté dans le torrent des révolutions, on pense toujours en avoir fini avec ce temps passé, et à chaque instant des révélations nouvelles viennent nous en parler encore. Tantôt c’est la politique qui se démasque et ne craint plus de découvrir ses ressorts cachés, ses mobiles intimes, ses combinaisons et ses duplicités; mémoires, dépêches et divulgations de toute sorte la montrent telle qu’elle a été dans un temps qui a vu la guerre de la succession d’Autriche, la guerre de sept ans, le partage de la Pologne, l’émancipation de l’Amérique, Frédéric II, Marie-Thérèse, Catherine de Russie, M. de Choiseul, la diplomatie décousue de Louis XV et le reste. Tantôt c’est la vie mondaine qui livre ses mystères les plus délicats ou les plus obscurs, mystères de galanterie, de fragilité élégante, d’intrigue ou d’ambition.

Ce n’est point sans doute un XVIIIe siècle tout nouveau qui revient ainsi à la lumière, c’est un XVIIIe siècle plus vrai, plus complet, dépouillé de couleurs factices, reparaissant sous des traits plus