Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/264

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


miracles, même des résurrections, et qu’on l’adorait comme un dieu. Les Agrigentins modernes n’admettent pas ces reproches et ne veulent voir dans leur célèbre compatriote qu’un « savant tout occupé à moraliser le peuple, qu’un grand citoyen qui rendit à sa patrie ses droits politiques et donna l’exemple de l’abnégation en refusant l’autorité suprême. »

Sélinonte n’est plus qu’un cadavre de ville. Agrigente vit encore et compte près de 20,000 habitans. L’aspect de ce sommet couronné de maisons serrées, s’élevant sur les substructions antiques et sur les flancs taillés du rocher, est grandiose, austère. Le manque d’eau, l’aspect aride de la campagne, portent encore à la tristesse. La ville moderne, avec ses rues étroites, son air sombre, inaccessible et fermé, sa cathédrale étrange, tout espagnole, semble un reste d’un autre monde. A mi-côte s’étend la ville antique avec ses sept ou huit temples, rangés pour la plupart le long de l’ancien mur, de façon que du port cette ligne d’édifices se profilait sur le ciel. Le temple dit des géans était sûrement quelque chose d’unique; il présente les plus grandes colonnes doriques que l’on connaisse. Diodore dit vrai à la lettre : un homme peut se tenir dans leurs cannelures; l’abaque des chapiteaux renversés à terre produit une sorte de stupéfaction. Un seul des talamons qui portaient l’architrave est étendu sur le sol. L’effet de ce colosse, dont les pièces désarticulées semblent les osselets d’un squelette, est tout à fait saisissant. Les pieds sont joints et minces; ces colosses n’ont jamais rien porté effectivement; ils étaient adossés à un mur ou

à des pilastres. J’incline à croire qu’ils avaient l’air de soutenir un plafond à l’intérieur de la cella, ce qui expliquerait comment Diodore n’en parle pas. A l’extérieur, un tel décor eût trop frappé pour qu’on eût pu le passer sous silence. Le curieux sceau de Cirgenti au moyen âge, représentant l’aula gigantum

 Signat Agrigentum mirabilis aula gigantum.

Piccone, Memorie storiche agrigentine, p. 453. </ref>, fournit des argumens pour et contre cette opinion. Ce qui me paraît certain en tout cas, c’est que ce temple des géans se rapporta primitivement à un culte oriental. Girgenti offre bien d’autres traces d’influence phénicienne dans son temple de Jupiter Atabyrius (du Tabor), de Jupiter Polieus (Melkarth), situé à l’intérieur de l’acropole, et dans les indices du culte de Moloch qui se lisent clairement dans les fables relatives au taureau de Phalaris. Ces géans, s’ils étaient à l’intérieur de la cella, pouvaient jouer le rôle des colosses osiriens dans les avenues des temples d’Egypte, et des séraphin dans le temple de Jérusalem.