Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 12.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sicile a eu depuis le commencement de ce siècle ne pouvait provoquer que la révolution. Les divers mouvemens qui se sont succédé ont été essentiellement nationaux, tous ont été faits avec l’appui de la noblesse. Che fanno i signori? était la première question que le peuple s’adressait. A l’heure qu’il est, deux vérités sont incontestables. Politiquement parlant, les Bourbons n’ont pas en Sicile un seul partisan sérieux. Il y a dans certaines parties de l’opinion publique une opposition vive, à peine y a-t-il une trace de parti radical. L’idée que la Sicile puisse former une république indépendante est le rêve de quelques esprits, mais ce n’est rien de plus qu’un rêve. Dans la pratique, tous sont d’accord pour maintenir l’état de choses actuel, état imposé par la meilleure des raisons, une évidente nécessité.

On ne peut nier que le banditisme, ou plutôt un état d’insubordination locale, ait existé dans les provinces de l’ouest et y ait produit des actes regrettables. Il ne faut pas demander à des populations mal gouvernées durant des siècles l’ordre et le respect de la loi, qui sont le résultat d’une longue habitude de paix et de régularité. La vendetta est au fond de la plupart de ces méfaits. Chez des populations ardentes, pour lesquelles la garantie de l’état a été nulle durant des siècles, la vengeance privée se présente comme une sorte de devoir. Nul ne doit se faire justice à soi-même; cela est facile à dire dans des sociétés où le gouvernement se charge très réellement d’une mission de justice et de protection. Mais une telle abdication du droit de la défense personnelle eût paru une amère dérision avec les gouvernemens que la Sicile a eus durant six cents ans. Une autre source d’actes regrettables est le sentiment plus fier que légal avec lequel le tenancier entend ses droits à l’égard du propriétaire. Les exigences de celui-ci vont souvent se briser contre une idée de la propriété qui a été celle du passé et n’est plus celle de notre temps. Le chef féodal n’était pas un propriétaire comme celui qui de nos jours achète une terre; dans beaucoup de pays, ses vassaux étaient ses copropriétaires. Blessé dans une prétention instinctive, à laquelle sa fierté ne peut renoncer, le tenancier va jusqu’à l’assassinat sur le régisseur, et à partir de ce moment devient un homme hors la loi. Un fait que nous avons pu observer, c’est que les grands propriétaires nobles qui traitent leurs fermiers selon les anciens usages peuvent traverser la Sicile sans rencontrer autre chose que la sympathie et le respect. Une autre génération se pliera mieux aux exigences nouvelles. Les chemins de fer surtout amèneront une transformation complète dans l’état de la Sicile. Nul pays n’en a plus besoin, car c’est un pays fait surtout pour l’exportation. L’extraction du soufre produit des millions; cette extraction