Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/677

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES ORIGINES
DE LA
MARINE MODERNE


I.

La découverte du Nouveau-Monde, en ouvrant aux navires à voiles un champ forcément interdit aux bâtimens à rames, donna naissance à une marine nouvelle. Les progrès de l’artillerie en assurèrent bientôt sur toutes les mers la prééminence. Le corps royal des galères, créé sous Charles VI, conserva néanmoins en France jusqu’en I749 son organisation propre, ses crédits spéciaux, ses officiers militaires et ses officiers de finances. Les vaisseaux ronds, — ce fut le premier nom sous lequel on désigna les vaisseaux à voiles, — auront eu, malgré leur perfection relative, une moins longue existence; ils n’auront guère duré plus de deux siècles. Ces deux siècles comprennent toute l’histoire de la marine moderne, histoire héroïque et sanglante qui a traversé dans le court espace de deux cents années trois phases bien distinctes. La première de ces périodes est remplie par les luttes successives que l’Espagne soutient contre les Provinces-Unies, contre l’Angleterre, et en dernier lieu contre la France. Le gros des flottes se compose alors de navires d’une centaine de tonneaux, de trois ou quatre cents tout au plus. C’est le temps où, après en être venu aux mousquetades, on s’efforce de jeter à la faveur de la fumée les grappins sur le bâtiment ennemi. Les piques rendent alors plus de service que les canons. Dans la seconde période, l’Angleterre et la Hollande se disputent la suprématie des mers. Nous assistons à de grands combats éclairés par la lueur d’immenses incendies; ce sont les vaisseaux