Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/644

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IMPRESSIONS
DE VOYAGE ET D’ART

V.
SOUVENIRS DU FOREZ.

I. — ROANNE : TROIS PORTRAITS HISTORIQUES. — FEURS : LA STATUE DU COLONEL COMBES.

Roanne ouvre l’entrée du Forez du côté du Bourbonnais ; il nous suffira de nous y arrêter quelques minutes. Comme importance et population, Roanne est cependant la seconde ville de cette petite province, dont se compose aujourd’hui le département de la Loire; mais sa destinée a voulu qu’à toute époque elle n’eût jamais qu’un rôle historique assez effacé. Toutes les autres villes de la province ont eu tour à tour la suprématie forésienne, Roanne n’a jamais pu l’obtenir même lorsque les circonstances semblaient lui devoir être favorables. Aux époques féodale et seigneuriale (j’appelle de ce dernier nom l’époque qui va de la mort de Louis XI à la mort d’Henri IV), le mouvement et la vie étaient à Montbrison et dans les localités qui l’avoisinent; puis, lorsque l’époque industrielle arriva, ce fut vers Saint-Etienne, autrement riche en élémens de travail par la houille et le fer que lui livre son sol, que se portèrent l’influence et l’activité nouvelles. Roanne toutefois fit un effort pour profiter de ce courant et se créer un avenir; elle se mit à tisser des cotonnades, et, grâce à cette industrie, elle s’acquit une importance relativement considérable; mais cette importance même, elle n’a pu la conserver intacte, et, pendant le temps de mon séjour dans cette ville, il m’a fallu à plusieurs reprises entendre les plaintes mélancoliques des