Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 2.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
CONTEURS FRANÇAIS
AU XVIIe SIÈCLE

L’histoire littéraire des règnes de Louis XIII et de Louis XIV se résume tout entière pour nous dans quelques grands noms, et l’on peut justement appliquer aux écrivains contemporains de Corneille, de Pascal, de La Bruyère, de Molière, de La Fontaine, la vieille et classique image des étoiles qui disparaissent devant le soleil. La plupart reposent en paix dans ces nécropoles de la pensée humaine qu’on appelle des bibliothèques, et c’est à peine si de loin en loin quelque critique à court de sujets, quelque bibliographe passionné pour les livres que personne ne lit, viennent les troubler dans leur tranquille sommeil. Ont-ils tous mérité l’oubli profond sous lequel ils sont restés comme ensevelis? le succès que quelques-uns d’entre eux ont obtenu de leur temps n’a-t-il été qu’une affaire de mode, comme la poudre, les mouches et les paniers? Nous ne le pensons pas, et, tout en nous défiant des réhabilitations tardives, nous croyons que parmi les conteurs du XVIIe siècle il en est quelques- uns, même un assez bon nombre, qui méritent un souvenir. L’hôtel de Rambouillet a monopolisé à son profit la curiosité des chercheurs. On ne s’est point donné la peine, du haut des fenêtres du salon bleu d’Arthénice, de regarder dans la rue, ou de fureter dans la boutique de Toussaincts Du Bray, qui étalait bien avant Barbin les nouveautés du jour dans la galerie des prisonniers, au Palais de Justice. On y aurait cependant trouvé quelques livres qui ont fait dans leur temps les délices de la cour, et qui peuvent encore aujourd’hui, qu’il n’y a plus de cour, être lus avec plaisir par la ville,