Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 1.djvu/531

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’on le réveille pour aller visiter les voitures maraîchères qui commencent à défiler vers les halles.

À l’octroi de rivière, les vigies sont de véritables factionnaires : en amont de la Seine, au-delà du pont Napoléon, où les mouches ont leur gare, une forte patache est amarrée près du quai de la rive droite. Elle est la gardienne du fleuve, qu’elle fait surveiller, quand la nuit vient, par trois vigies ; l’une est placée à l’arrière même de ce poste aquatique, la seconde est sur la rive droite, la troisième sur la rive gauche. Pour s’avertir et prouver qu’ils ne dorment pas, les préposés appellent les heures, les demies, et doivent se répondre ; cela rappelle le cri des matelots en mer : bonsoir à bâbord ! — bonsoir à tribord ! — ouvre l’œil au bossoir ! — Par un ciel brumeux noyant le vague scintillement dés becs de gaz, à travers le clapotement de l’eau et les bourrasques de vent engouffrées sous les arches du pont, on éprouve une impression assez lugubre lorsque l’on entend ces voix pousser une sorte de plainte prolongée et traînante, — demi-heure ! — qui affirme leur vigilance. À la patache, on ne fait qu’une vérification sommaire ; un bateau, — fruits, bois ou charbon, — se présente, deux préposés montent en canot et vont le reconnaître, ils acceptent la déclaration, en donnent bulletin, elle sera constatée au point de débarquement où les opérations régulières auront lieu. Pour conduire son canot, la patache a un marinier qui mérite d’être présenté au lecteur : c’est un gars solide et bien râblé, des épaules d’Atlas, un bras d’Hercule, un visage d’une extrême douceur ; il est jeune et porte allégrement la vareuse du marin. Il passe son temps à repêcher les noyés ; il a tant de médailles d’argent, tant de médailles d’or, que, ne sachant plus que lui offrir pour récompenser sa belle conduite au combat de Buzenval, on lui a donné la croix de la Légion d’honneur, et l’on a bien fait. La patache est très fière de son marinier, et elle n’est pas éloignée de croire que c’est elle-même que l’on a décorée.

La marchandise d’eau, comme disaient nos pères au temps où Lutèce commençait à devenir Paris, jouit, pour les bois et les charbons, d’un privilége que n’ont point les articles passant aux barrières et qui sont considérés comme objets de consommation ou d’utilisation immédiate. On admet que les bois et les charbons ne doivent acquitter les taxes qu’au bout d’un temps moyen calculé de façon que la vente soit effectuée. Les opérations de contrôle ne diffèrent pas de celles dont j’ai parlé ; seulement, au lieu de payer à la recette la somme qui est due, le négociant prend livraison de la marchandise en échange d’un billet à ordre, à six mois, portant deux avals de garantie. Pendant les six mois stipulés, le billet dort