Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1874 - tome 1.djvu/517

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les ressources de Paris sont importantes, mais elles ne suffisent qu’aux besoins ordinaires ; si l’on n’avait eu recours à des emprunts qui s’élèvent maintenant au chiffre de près de 1 800 millions }[1], Paris, comme au siècle dernier, serait un cloaque sans eau, sans lumière, sans salubrité, sans sécurité et sans voies de communication. Sous peine de voir la capitale de la France étouffer sur elle-même et périr de résorption, il a fallu accomplir ces gigantesques travaux d’assainissement, d’aération, malheureusement interrompus aujourd’hui, et qui s’étaient imposés avec une inéluctable nécessité. C’était là pour notre ville un surcroît de charges auxquelles on n’a pu faire face que par des sacrifices qui souvent ont été douloureux, mais qu’il était impossible d’éviter. Ce qui reste du vieux Paris est là pour l’attester ; certains quartiers anciens avoisinés par les quartiers nouveaux prouvent que la transformation commencée fut une œuvre d’utilité absolue, et qu’il faudra la reprendre dès que les circonstances le permettront ; il suffit de s’égarer dans les ruelles qui séparent les deux tronçons du boulevard Saint-Germain pour en être convaincu. Quelque indispensables que fussent ces travaux, ils n’ont pu être mis en œuvre sans peser singulièrement sur le budget de la ville, qui est obligée de payer les intérêts des dettes contractées et d’amortir celles-ci par annuités stipulées. Il faut donc à cette heure solder le passé, assurer le présent et préparer l’avenir ; c’est là une triple tâche féconde en difficultés, surtout après les événemens dont nous avons été assaillis, et il faut avouer que Paris s’en tire à son honneur.

Le budget normal de 1873 a mis 197 815 582 francs 66 centimes de recettes ordinaires à la disposition de la ville. Ces ressources sont tirées de dix-sept catégories d’opérations fiscales différentes qu’il est bon d’énumérer rapidement : ce sont les centimes communaux, l’octroi, les halles et marchés, le poids public et le mesurage, les droits de voirie, les établissemens hydrauliques, les abattoirs, les entrepôts, la location d’emplacemens sur la voie publique et dans les promenades publiques, les loyers de propriétés communales et les redevances immobilières, le produit des ventes d’immeubles et de matériaux, les expéditions des actes, les taxes funéraires, les concessions de terrain dans les cimetières, l’exploitation des voiries, les contributions, legs et donations pour travaux et services divers, enfin les recettes diverses. De chacun de ces chefs sort un revenu régulier qui constitue à la ville une sorte de rente viagère incessible, sur laquelle les événemens exercent une

  1. La dette municipale résultant des emprunts s’élève exactement aujourd’hui à 1 794 930 796 francs.