Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/586

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L'ADMINISTRATION FRANCAISE
AVANT LA REVOLUTION DE 1789

PREMIERE PARTIE

LES ORIGINES DE L’ADMINISTRATION ROYALE.

Le génie de la vieille monarchie a été mis dans un jour lumineux par Alexis de Tocqueville ; dans son beau livre sur l’Ancien régime et la Révolution, il a saisi les caractères essentiels de ce gouvernement avec autant de sagacité que de profondeur. Il est loin cependant de nous en signaler tous les aspects, et, faute d’avoir pénétré dans les détails, il n’a pas suffisamment fait ressortir les transformations que l’ancien régime a subies dans son organisation et son esprit. Il nous montre bien le travail de la centralisation ruinant l’édifice féodal, mais il ne marque point les phases successives de cette œuvre séculaire ; il n’indique pas assez en quoi l’administration sortie de la lutte de la royauté contre la puissance seigneuriale différait de celle dont la révolution nous a dotés. Le système administratif qui remplaça graduellement la féodalité se distingue nettement de celui qu’on voit poindre sous les derniers Valois, qui s’installe sous Richelieu et arrive à sa plus complète expression vers la fin du règne de Louis XIV. Les rois opposèrent surtout à la puissance des nobles les cours de justice, qui représentaient leur autorité souveraine. Ces cours grandirent rapidement en importance ; étendant leur surveillance à toutes les branches de l’administration, elles finirent par les dominer. Les nobles perdirent peu à peu le droit d’administrer et de juger que leur avait donné le régime précédent.