Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/414

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détail d’une classe de rhétorique. Nous allons prendre deux ou trois sujets de discours, de ceux qu’on signale d’habitude comme plus particulièrement ridicules ou dangereux à cause du personnage mis en scène, tribun retentissant comme Caïus Gracchus, grand homme d’état comme Richelieu, ou roi de roman comme Richard Cœur-de-Lion ; nous examinerons de bonne foi ce que peut contenir chacun de ces sujets, et le lecteur décidera où est le danger, où est le ridicule. Nous donnons d’abord à traiter à nos élèves le discours de Caïus Gracchus, annonçant aux plébéiens qu’il reprend les desseins de son frère. Caïus Gracchus rappelle Tibérius, massacré par les riches; il peint la misère prolongée du peuple et l’effroyable opulence des principaux de Rome; il démontre que le remède aux souffrances et aux vices qui résultent de cette disproportion des fortunes ne saurait être que dans la loi agraire; il en poursuivra l’application avec énergie, et dût-il subir le sort de Tibérius, il remerciera les dieux de mourir pour la défense du peuple et de la main de ses oppresseurs. Nous n’atténuons pas, on le voit, les écueils que peut receler le sujet. Où est, en pareille matière, le ridicule? On nous assure que le ridicule réside en ce fait, que la question des lois agraires est l’une des plus compliquées de l’histoire romaine, et qu’un élève de rhétorique ne saurait consacrer trois mois à l’approfondir. D’accord; mais il n’a besoin de consacrer à ce travail ni trois mois, ni trois semaines, ni trois jours. Souvenons-nous qu’il a eu un professeur d’histoire, et que celui-ci a dû lui livrer, en les simplifiant et en les résumant, les dernières recherches et les dernières solutions des érudits. Si le professeur est diligent et consciencieux, — et il faut partir de ce principe qu’il l’est, il faut admettre une fois pour toutes l’excellence des professeurs ou renoncer à raisonner sur l’enseignement et l’éducation, — si le professeur d’histoire est diligent et consciencieux, il se tient au courant de la science, et il y tient ceux qu’il enseigne. Ceux-ci n’ont et ne peuvent avoir d’autre office que d’accepter les résultats tout faits qu’il leur apporte.

Où est le danger? Oh! le danger, tout le monde le sent : c’est que l’élève n’écrive une déclamation haineuse contre la richesse et l’inégalité des conditions, et, s’il se persuade de ce qu’il écrit, le voilà démagogue. Mais le professeur, encore une fois, le professeur! qu’en faites-vous? Est-ce une souche, le professeur? Il n’oubliera pas, je le suppose, de remarquer en dictant la matière combien les conditions économiques des sociétés anciennes différaient de celles qui régissent les sociétés modernes et comme ces mots, toujours terribles en leur opposition, de pauvreté et de richesse, n’ont plus aujourd’hui, grâce au ciel, le sens inexpiable qu’ils prenaient à Rome,