Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/378

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
MISSIONS EXTERIEURES
DE LA MARINE

III.
LA STATION DU LEVANT [1].


VIII. — LE SIÈGE D’ATHÈNES.


I.

Les combats livrés dans la plaine d’Athènes et dans les eaux de Samos pendant les années 1826 et 1827 constituent le suprême effort tenté par la Grèce pour assurer de ses propres mains son indépendance. J’en ai réservé le récit afin de pouvoir présenter ces deux remarquables épisodes dans leur ensemble. Je m’occuperai d’abord des combats maritimes.

Le sultan Mahmoud, en 1826, considérait comme sa tâche la plus importante la poursuite de l’œuvre qu’il avait inaugurée dans la sanglante journée du 15 juin; il n’entendait pas pour cela laisser la flotte de Khosrew et les vieilles phalanges albanaises inactives. La campagne de 1826 devait lui rendre la possession de Samos et se terminer par la pacification complète de la Grèce continentale. Il fallait, pensait-il, ce double triomphe à ses armes pour qu’aux yeux des croyans le Prophète parût sourire à ses desseins. La reprise de Samos surtout était de première urgence; pouvait-on laisser plus longtemps flotter l’étendard rebelle à deux pas des côtes de l’Asie,

  1. Voyez la Revue du 15 juin et du 1er août.